100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 03.11.2009 13h30
La communauté africaine a besoin de plus d'attention

Patrick a commencé à écrire des histoires sur sa vie dans son téléphone portable. Lorsque nous nous sommes rencontrés dans un bar près de Sanlitun il y a plusieurs semaines, il m'en a laissé lire quelques-unes. Les histoires parlaient de la vie des Africains en Chine, et souvent elle n'est pas facile.

Depuis que j'ai déménagé à Beijing de Shanghai il y a quelques mois, je me suis fait des amis parmi les membres de la communauté africaine locale. Ils vivent dans les immeubles anciens autour de Sanlitun.

Ils dorment dans la rue. Le soir, ils traînent dans les cafés le long de la rue, en fumant des cigarettes et en buvant de la bière chinoise. Je les rejoins parfois pour écouter leurs histoires - des histoires qui doivent être racontées.

La Chine est le seul pays qui continue à renforcer ses relations avec l'Afrique. Plus les entreprises chinoises font des affaires sur le continent, plus les Chinois s'y rendent pour travailler. "Ces dernières années, Beijing considère le continent africain comme une zone de grand intérêt économique et stratégique", a indiqué un rapport de la Fondation du Patrimoine (The Heritage Foundation).

La Chine se déplace vers l'Afrique, et l'Afrique commence à se déplacer vers la Chine aussi. Les Africains disent qu'ils viennent dans ce pays parce qu'on leur a raconté dans leurs pays d'origine qu'ils peuvent gagner de l'argent ici, trouver un emploi, et avoir une vie couronnée de succès. Pour certains, cela se passe ainsi. Mais pour beaucoup, cela n'arrive jamais.

Patrick est Camerounais, et il se considère chanceux. Il est étudiant et a un visa en cours de validité. Pour l'instant il n'a pas besoin d'un emploi. Il est dans une bonne situation.

Il y en a d'autres qui sont originaires des pays, comme le Nigeria ou le Botswana, qui vivent dans de petits appartements qu'ils ne quittent jamais, parce qu'ils disent qu'ils ont peur.

Ces personnes ont dépensé toutes leurs économies pour venir ici. Et quand ils sont arrivés ici, ils n'ont pas réussi à trouver du travail. Leurs visas sont arrivés à expiration. Et ils n'ont pas d'argent pour payer un billet de retour.

Pour gagner leur vie, certains achètent de la contrefaçon : des téléphones portables, des vêtements, et les font acheminer en contrebande pour écouler dans leurs pays.

Cela ne fait aucun doute : les immigrés et les migrants de nombreux pays africains sont confrontés à la discrimination et tout autre traitement injuste au quotidien.

Et on sait très bien également que les étrangers doivent respecter et obéir aux lois de l'immigration établies par le gouvernement du pays d'accueil. Les rêves que les Africains avaient avant leur arrivée en Chine se sont estompés vite pour certains. La vie est différente ici.

La concurrence sur le marché de l'emploi est énorme. Mais même malgré cela, certains Africains considèrent qu'il y a plus d'opportunités ici que dans leurs pays d'origine. Ils restent donc et tentent de trouver des moyens pour améliorer leur vie. Peu importe combien c'est difficile, la Chine restera toujours leur terre d'espoir.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Plan de traitement de la grippe A (H1N1) pour les enfants par la médecine traditionnelle
Airbus ouvrira son premier centre de logistique en Chine
Les suicides successifs chez France Télécom donnent un avertissement à la Chine
Pourquoi la Chine qui fait constamment l'objet d'enquêtes antidumping continue-t-elle à faire de gros d'achats à l'étranger ?
Les trois grandes erreurs de l'Occident qui exige la 'réévaluation du RMB'
Un pas de plus vers l'égalité
Nicolas Sarkozy brandit "la Douce France" comme étendard de l'identité nationale