100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.09.2009 13h14
Sept groupes d'attaque à la seringue démantelés

Sept groupes d'attaque à la seringue ont été arrêtés depuis mardi par les forces de la police de la Région autonome ouighoure du Xinjiang.

Quelque 75 suspects d'attaques à la seringue ont été appréhendés, et plus de 36 cas similaires ont été découverts, a déclaré Zhang Jun, directeur adjoint du Bureau de la sécurité publique d'Urumqi, lors d'une conférence de presse mardi.

Les attaques à la seringue en série, qui hantent encore les habitants d'Urumqi, en particulier ceux de l'ethnie Han dans la ville, ont commencé à se répandre à Urumqi dans d'autres régions du Xinjiang, a dit Zhang.

Parmi les 36 cas découverts, 16 s'étaient produits à Urumqi, où 197 personnes ont été tuées dans des émeutes du 5 juillet. 13 autres cas se sont produits dans la préfecture de Hotan, 2 à Turpan et Kashgar, et un cas à Changji, Aksu, et Altay.

Un des groupes démantelés comprenait 8 suspects, dirigés par Tursunjianj Turdi, a annoncé mardi la police d'Urumqi.

Ce groupe a organisé plusieurs réunions secrètes depuis août en préparant des attaques à la seringue pour attiser la haine entre les représentants de différents groupes ethniques dans la région. Ils piquaient les gens avec des aiguilles à coudre, des épingles et des cure-dents pour semer la terreur parmi la population.

La police a arrêté huit suspects le 7 septembre dernier et ils sont actuellement sous l'investigation.

Samedi, le procès sur le premier groupe de suspects des attaques à la seringue a eu leu au Palais de justice d'Urumqi à la suite d'une série d'attaques sur au moins 500 personnes dans la ville depuis la mi-août.

Deux hommes et une femme ont été condamnés à des peines allant de sept à 15 ans de prison pour des piqûres à la seringue ou de vols lors desquels ils ont menacé leurs victimes avec des aiguilles. Les deux procès ont eu lieu en langue ouighoure selon les souhaits de la défense, avec une traduction en mandarin.

Le tribunal a condamné Yilipan Yilihamu âgé de 19 ans à 15 ans de prison pour une injection avec une seringue hypodermique dans le fessier d'une femme le 28 août devant un étal de fruits en bordure de la route.

Les récentes attaques à la seringue à Urumqi ont été qualifiées d'«attaques terroristes» par les responsables régionaux.

Les tests d'échantillons du sang des victimes n'ont révélé aucun virus dangereux ou produit chimique, a annoncé dimanche un expert médical militaire.

Vers le 4 septembre, les autorités locales avaient confirmé que les attaques à la seringue ont fait 531 victimes à Urumqi, avec 171 d'entre elle présentant des marques évidentes de piqûre. La majorité des victimes étaient de l'ethnie Han.

Page spéciale: Emeutes au Xinjiang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Vérificateurs: les fonds destinés à la reconstruction après le séisme ont été dépensés à bon escient
Le nombre de commerçants en ligne dépasse 63 millions en Chine
La Chine montre de plus en plus d'assurance en soi
La Réunion annuelle du Forum de Davos – une plate-forme qui permet à l'Afrique d’attirer les investisseurs chinois
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?