100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 11.09.2009 14h20
Les suspects des attaques à la seringue arrêtés au Xinjiang

Les neuf suspects soupçonnés d'être responsables des attaques à la seringue dans les communautés de Hotan, Altay et Kashgar, dans la Région autonome ouighoure du Xinjiang ont été placés en détention provisoire.

Les arrestations font suite à des rapports d'attaques à la seringue dans plusieurs villes de la Région autonome à la suite d'une série d'attaques similaires à Urumqi, capitale de la région, qui a suscité des protestations massives.

Six suspects ont été arrêtés à Hotan, selon le Bureau de sécurité publique, avec l'information qui a paru sur le site internet du gouvernement local mercredi.

Sur les six personnes, deux ont déjà été emprisonnées.

Jusqu'à dimanche, neuf attaques à la seringue ont été signalées à Hotan, mais seulement trois avaient été confirmées, selon le bureau.

Actuellement, aucune des victimes n'aurait contracté une maladie quelconque ou a été exposée à un empoisonnement.

La police offre 5 000 yuans (735 $) de récompense pour tous ceux qui pourront fournir des informations sur les attaques, a signalé la police de Hotan.

Les autorités locales ont déclaré mardi soir que la police avait arrêté 45 suspects dans le cadre de la récente vague d'attaques à la seringue à Urumqi. Lundi, des poursuites judiciaires ont commencé contre huit d'entre eux.

Les attaques, qui avaient pris pour cible des innocents, seraient orchestrées dans le but d'effrayer les résidents et créer de nouveaux troubles, a indiqué Du Xintao, un responsable du Département régional de sécurité publique.

"Ces attaques sont des attaques terroristes", a-t-il ajouté.

Vendredi dernier, les autorités sanitaires d'Urumqi et la police avaient confirmé que 531 personnes ont été piquées par des seringues hypodermiques dans la ville, dont 171 des victimes ont montré des signes évidents de ces attaques. La majorité des victimes appartenaient à l'ethnie Han. D'autres victimes appartenaient aux minorités ethniques, notamment les Ouïgours, les Hui et les Kazakhs.

Page spéciale: Emeutes au Xinjiang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les mauvaises habitudes de conduite des automobilistes chinois
Les mauvaises habitudes de conduite des automobilistes chinois
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?
Des eurodéputés réfutent Rebyia Kadeer
La France est-elle vraiment un pays romantique ?