Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 26.08.2009 14h07
Démenti formel à l'ouverture imminente des procès des émeutiers qui ont créé l'incident du 5 juillet à Urumqi

Les autorités du Xinjiang, région autonome ouïgoure du nord-ouest de la Chine, ont démenti formellement le 24 courant que les procès de plus de 200 suspects pour leur participation présumée aux troubles meurtriers du cinq juillet dernier allaient débuter cette semaine.

Plusieurs médias étrangers, dont Associated Press, Reuters et British Broadcasting Corporation (BBC), ont cité le 24 août un reportage d'un 'quotidien anglophone chinois' qui a annoncé que le procès de plus de 200 suspects, arrêtés et traduits en justice officiellement pour avoir participer aux émeutes meurtrières et sanglantes qui ont éclaté le 5 juillet dernier à Urumqi, commencera au cours de la semaine.

Hou Hanming, porte-parole du Bureau d'information de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, a accordé le jour même une interview exclusive à « Global Times » et il a déclaré que le reportage selon lequel « les procès des émeutiers vont débuter dans le courant de la semaine » est complètement « faux et infondé ». Il a affirmé que la date du commencement des procès des suspects du grave incident du 7 juillet n'a pas encore été fixé et que la fixation de cette date, on l'annoncera au public par voie officielle.

Hou Hanming a souligné qu'il n'y a aucun changement en ce qui concerne le nombre des suspects appréhendés officiellement pour leur implication dans les émeutes meurtrières qui ont fait beaucoup de victimes mortes et blessées et qui ont causé de considérables pertes matérielles par suite de graves actes de violence, de pillage, d'incendie et de tuerie. Il a affirmé que les personnes arrêtées pour cette affaire est toujours au nombre de 83 comme on l'avait déjà annoncé auparavant. C'est pourquoi, a-t-il ajouté, la rumeur selon laquelle « plus de 200 suspects sont arrêtés et poursuivis officiellement en justice » est « entièrement inexacte et complètement infondée ».

Un officiel chinois qui connaît parfaitement la situation au Xinjiang a déclaré à « Global Times » que les procès des personnes incriminées dans l'incident du 5 juillet d'Urumqi ne peuvent s'ouvrir actuellement, car les autorités locales du Xinjiang doivent tenir compte des deux aspects suivants : la première, c'est que les 18èmes négociations commerciales d'Urumqi vont s'ouvrir le 1er septembre pour une durée de cinq jours ; et la deuxième, c'est que maintenant c'est justement la période du Ramadan des Musulmans.


Page spéciale: Emeutes au Xinjiang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un envoyé spécial chinois assistera aux funérailles de Kim Dae-jung
La fête du yaourt à Lhassa
La Chine envisage de créer un fonds sur le développement des énergies renouvelables
Les Etats-Unis et la Chine sortiront gagnants de la crise financière
Plus d'un milliard de Chinois obligés de réapprendre l'écriture après le réajustement de 44 caractères chinois !