Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Vie Sociale
Mise à jour 18.02.2009 15h13
La force vraie et réelle

Actuellement au Tibet, la société est-elle calme et tranquille ? La population tibétaine comment vit-elle ? Pour avoir une idée réelle sur tout cela, une délégation de journalistes appartenant à huit médias étrangers, dont Reuters (Grande-Bretagne), Kyodo News (Japon), RIA Novosti (Russie), NBC (National Broadcasting Corporation) (Etats-Unis) et Lianhe Zaobao (Singapour), et à trois médias chinois, dont Agence Xinhua (Chine Nouvelle) et China Daily, ont effectué une visite de quatre jours au Tibet.

De la supposition à la réalité.

« Autrefois, je ne connaissais le Tibet qu'à travers des livres, des journaux et l'internet. Maintenant que je le vois de mes propres yeux, je constate que la réalité est toute autre et que le vrai Tibet n'est pas comme je le supposais. Je remarque que la plupart des gens sont vêtus d'habits traditionnels et possèdent leurs propres maisons qui sont belles, propres et spacieuses. Tout cela me laisse une très bonne impression. », dit Cui Yuanshuo, correspondant de la Télévision de Séoul (SBS) (Corée du Sud), qui foule pour la première fois le sol tibétain, qui décrit ainsi son sentiment.

« Tout au long de notre visite, nous ressentions de façon vivante la très ancienne culture et la longue histoire du Tibet. C'est un endroit vraiment beau, typique et pittoresque. », a-t-il ajouté en disant que le somptueux et magnifique Palais Potala, le ciel tout bleu et le flot ininterrompu de visiteurs et de pèlerins l'ont beaucoup impressionné.

Shinchiro Serita de Kyodo News a renchéri : « Au Tibet, le ciel est tellement bleu, l'eau est tellement claire et limpide, les visiteurs et les pèlerins jouissent tranquillement de l'air pur et de la chaleur de la lumière du soleil. Cela me donne une très bonne sensation et m'émeut au plus au point. »

Il a poursuivi en disant : « J'ai cru au début que le gouvernement chinois nous ferais voir seulement les villages prospères et riches. Mais, j'ai vu de mes yeux, tout au long de la route, que tous les villages sont à peu près pareils et que toutes les maisons sont belles et propres. »

Le correspondant sud-coréen a dit : « Malgré que les conditions naturelles au Tibet n'est pas tellement bonnes, mais la population locale vivent dans l'aisance et dans le bonheur. Après avoir visité le Temple de Yongbu Lakang qui date de plus de deux mille ans, je constate qu'au Tibet, la culture et les traditions sont bien protégées et conservées. ».

Les vieillards au sourire bienveillant, les enfants qui s'adonnent à leurs jeux préférés sous un soleil éclatant, les lamas du Temple Changzhu qui récitent le Canon, les paysannes du village Kaisong qui piquent des couvertures à la tibétaine, les visiteurs et les touristes qui se promènent dans les rues de Lhassa, le merveilleux paysage aussi beau qu'une peinture de Shannan, …… « Le Tibet que nous connaissons autrefois était fictif, imaginé et irréel. Maintenant que nous l'avons devant nos yeux, nous constatons qu'il est tout à fait différent. Et celui-là est le vrai et le réel Tibet. », a déclaré Maria de RIA Novosti.

Lors de la visite qui a duré quatre jours, les journalistes ont visité successivement le Temple Jokhang, le Monastère Drepong, le Palais Potala, la Ville des neiges, le Comité d'habitants du Village Xuecun, le marché des produits agricoles de Yaowangshan, la gare de Lhassa, l'Académie des Sciences sociales de la Région autonome du Tibet, le Village Gaba du Canton Najin, dans la banlieue de Lhassa et l'Institut d'Astronomie et d'Almanach de l'Hôpital de médecine tibétaine de la Région autonome du Tibet. Après avoir rendu visite à des familles paysannes tibétaines qui habitent la banlieue de Lhassa, ils se sont rendus dans la Préfecture de Shannan où ils ont fait des reportages sur une entreprise privée tibétaine le Groupe Dashi, sur le village Etoile rouge du District de Gongga qui est un modèle de l'édification d'une nouvelle campagne, sur Yongbu Lakang, le premier palis royal tibétain qui date de plus de 2.100 ans, sur le Temple Trandruck, un des plus anciens temples tibétains qui a un passé de plus de 1.300 ans et sur le Village Kaisong qui était le premier village à appliquer la réforme démocratique au Tibet. Le Vice Président de la Région autonome du Tibet Ciren, les responsables de la Commission pour le Développement et la Réforme de la Région autonome, du Bureau des Affaires extérieures, du Bureau du Tourisme et de la Municipalité de Lhassa, ainsi que des tibétologues ont reçu séparément les journalistes et ont répondu à leurs questions. Quant à Lie Que, Secrétaire Adjoint du Comité du PCC et Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire de la Région autonome du Tibet, il a accordé une interview aux journalistes et a donné un banquet en leur honneur.

Un Tibet en développement, un Tibet vrai et réel.

Plusieurs journalistes étrangers de la délégation ont déclaré qu'auparavant ils fixaient leur attention seulement et simplement sur les soi-disant sujets « sensibles » concernant le Tibet, qu'ils se souciaient peu de la situation d'ensemble du Tibet au cours du demi-siècle passé et qu'ils n'ont pratiquement aucune idée sur la vie des serfs et des esclaves dans l'ancienne société féodale tibétaine. La présente visite a ouvert leurs yeux et leur a permis de ressentir personnellement les grands changements survenus au Tibet durant les cinq décennies écoulées. En constatant de leurs propres yeux le développement des entreprises tibétaines, l'amélioration du niveau de vie de la population locale et les autres succès remarquables obtenus au cours des 50 années qui ont suivi la réforme démocratique, ils ressentent un Tibet réel en voie de changement et en voie de développement.

En évoquant la façon de faire de la partie chinoise qui fait une présentation systématique à chaque endroit de reportage, le journaliste sud-coréen a exprimé sa compréhension pour cela. Il a dit : « Les correspondants des médias asiatiques comprennent cette manière d'agir, car ils sont habitués au respect envers les autres et à se conformer au désir de l'hôte. Mais pour les journalistes étrangers, ils ne comprennent pas cela et ils préfèrent poser des questions dès le début. »

Il pense qu'en raison de la différence qui existe sur le plan de la culture et de l'habitude, les pays occidentaux ont des idées simplettes et naïves en ce qui concerne le problème du Tibet. Le correspondant de NBC partage son avis et déclare que c'est une réalité incontestable.

Le correspondant de Reuters avoue franchement que pour satisfaire la demande des lecteurs, il s'intéresse surtout au problème de la stabilité sociale au Tibet. « Quant à moi personnellement, ce qui m'intéresse le plus, c'est la culture traditionnelle tibétaine et tout ce que je vois prouve qu'elle est bien protégée et bien conservée. », a-t-il ajouté.

Un voyage détendu, agréable, plaisant et fructueux.

Plusieurs membres étrangers de la délégation ont reconnu qu'ils ont été quelque peu étonnés de la rapidité de la réalisation du voyage. Le correspondant français du Figaro a dit : « En réalité nous venons de déposer notre demande et on nous informe que nous faisons partie de la délégation. Je n'ai jamais pensé que cela aurait pu aller si vite. »

Le correspondant de Reuters Mark a indiqué de son côté que l'itinéraire du voyage répond totalement au caractéristique journalistique, car il satisfait entièrement son intérêt et ses préoccupations sur le Tibet. « Et ce qui m'arrange le plus, c'est que la partie chinoise réagit rapidement à chacune de nos demandes et nous donne une réponse immédiate. Même si notre demande de reportage est formulée spontanément, elle répond promptement et nous arrange très vite une entrevue avec celui que nous voulions interviewer. »

La situation sociale comment est-elle vraiment au Tibet et comment vit la population tibétaine ? Quels sont réellement les effets produits au Tibet par les incidents et les troubles qui ont éclaté le 14 mars 2008 ? Ce sont là des questions importantes qui ont toujours intéressé les médias étrangers. Plusieurs correspondants étrangers de la délégation ont dit qu'avant la visite, ils ont entendu dire que la situation est extrêmement tendu au Tibet et qu'elle est à deux doigts de la crise, que partout on appréhende les gens, que les agents de police sont éparpillés dans les rues et que la loi martiale est appliquée. Quant ils sont arrivés au Tibet, ils s'aperçoivent que c'est tout le contraire : la masse populaire tibétaine mènent une vie paisible et tranquille. Tout est calme et normal. Ils ont indiqué que compte tenu de la prochaine arrivée de la date du « 14 mars », il est tout à fait compréhensible et raisonnable que la Chine prenne des mesures en vue d'assurer l'ordre et la sécurité.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 La question du Tibet n'est aucunement le nœud du problème sino-français
 Un responsable tibétain appelle les milieux bouddhistes à protéger l'unité nationale et ethnique
 Le film documentaire «le Tibet passé et présent» sortira prochainement en Chine
 La Chine réfute les remarques des conseillers lituaniens sur "l'envahissement du Tibet"
 Certains pays étrangers ne doit pas jouer la « carte du Tibet »
 Un fonctionnaire tibétain appelle certains pays à ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures chinoises en utilisant le Tibet
 Sortis d'un cycle de servitude
 Il existe en Occident un grand et grave malentendu quant au problème du Tibet
 Respecter pleinement le droit du Tibet au développement (Quotidien du Peuple, page 4)
 L'ancien Tibet n'était pas « Shangri-La » (Quotidien du Peuple, page 4)
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.