Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 31.05.2012 09h34
Des employés des casinos espagnols apprennent le chinois pour servir les clients émergents

Actuellement, c'est la grande mode d'apprendre le chinois se en Espagne. Mais ceux qui sont les plus enthousiastes ne sont pas les étudiants ou des commerçants, mais les employés des casinos. Selon un média local, la capacité à parler la langue chinoise serait très importante dans cette profession.

D'après Barcelone TV, ces dernières années, le nombre de touristes et immigrants chinois a considérablement augmenté, surtout après le relâchement de la politique de visa. A présent, les Chinois sont les plus nombreux dans les différents casinos en Espagne.

Mais à cause de la barrière culturelle et de la langue, des erreurs ont été commises, notamment à propos des chiffres un tabou pour les clients chinois.

Recevant de plus en plus de clients chinois, les casinos espagnols ont renforcé la formation de la langue chinoise auprès des employés. Des bases en chinois sont demandés et un examen de la langue de confucius est rajouté dans l'évalution de personnel.

De plus, des connaissances de Fengshui sont aussi nécessaires, les Chinois attachant de l'importance au sens et à la direction, les employés veilleront à leur attribuer les places plus confortables. Et en sachant qu'ils préfèrent le chiffre « huit » et détestent le chiffre « quatre », les employés leurs distriburont des chiffres comportant le numéro huit représentant la chance.

Pour attirer les touristes chinois, certains casinos espagnols font de la publicité sur les journaux locaux en chinois et invitent des beautés chinoises en tant qu'ambassadrices. Et selon certaines sources, dans plusieurs casinos, les clients chinois peuvent entrer directement sans avoir à payer le droit d'entrée de 5 euros.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »