Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 23.04.2012 11h02
Pour les voyages, un monde plus convivial attend les Chinois

Après deux décennies de vacances un peu partout dans le monde, avide voyageuse, Meng Hairong est devenue bien familiarisée dans l'art du langage du corps.

Ne parlant que le mandarin, la retraitée de 56 ans a souvent été confrontée aux problèmes de communication avec les habitants des autres pays.

"C'est assez facile pour beaucoup de personnes de voyager à l'étranger car il y a des présentations de sites pittoresques dans la plupart des villes touristiques en anglais, français et espagnol," a-t-elle souligné. "Ce qui fonctionne à peine pour la langue chinoise."

Pour éviter les soucis, Meng, qui vit à Tianjin, se déplace avec les agences touristiques chinoises. Même, si ce n'est pas évident.

"Vous descendez d'un bus pour prendre quelques photos ou utiliser les toilettes, puis hop départ pour la prochaine destination. Ce n'est pas mon idée des voyages», confie-t-elle.

Bien qu'ils apprécient la beauté des paysages, de nombreux touristes chinois comme Meng se retrouvent perdus lors d'un voyage à l'étranger en raison de l'absence de services spécifiques pour les touristes chinois. Cependant, cela ne va pas durer bien longtemps.

Lu Yong, chef de file de l'équipe préparatoire de la Fédération mondiale des villes du tourisme, a déclaré que des services réservés aux voyageurs chinois pourront être fournis et être améliorés dans les principales grandes villes touristiques.

Ces services pourraient inclure la nourriture et le logement, des panneaux routiers et traitement d'urgence, a expliqué M. Lu lors du lancement de la fédération de Beijing et de plusieurs grandes.

Selon Li Xinjian, un professeur du tourisme à l'Université des études internationales de Beijing, le tourisme sortant en Chine venant juste de se développer dans ces dernières décennies, peu de destinations sont équipées de services spécifiques pour les Chinois, par rapport aux touristes d'autres pays.

Cependant, avec la forte hausse du nombre de touristes chinois, de nombreux pays ont commencé à prêter sérieusement attention à ce vaste marché potentiel.

Selon l'équipe préparatoire de la fédération, les villes touristiques à travers le monde beaucoup pourraient s'équiper de panneaux et présentation de sites en langue chinoise dans un proche avenir.

"Comme le pouvoir d'achat des touristes chinois continue d'augmenter, personne ne peut ignorer et se priver d'une telle part de gâteau», a déclaré Lu.

Selon Li, les Chinois sont devenus un pouvoir d'achat majeur sur les marchés étrangers ces dernières années.

"Les étrangers voyageant en Chine ont dépensé 4,7 milliards de yuans (743 millions de dollars) de plus que les touristes chinois à l'étranger en en 2008. Toutefois, nous avons dépensé 4 milliards de yuans de plus qu'eux un an plus tard," a-t-il fait observer.

Une différence qui dépasse 24,1 milliards de yuans en 2011, a-t-il ajouté. Li pense que le pouvoir d'achat croissant des touristes chinois devrait conduire à plus de commodités, notamment plus de facilité pour les demandes de visa, des vols aériens plus fréquents et la mise en place de routes directes entre les Chinois et certaines villes étrangères.

Auparavant, en raison de la préoccupation de l'immigration clandestine, de nombreux pays exercaient une vérification stricte et compliquée pour les touristes chinois.

Toutefois, M. Li a indiqué que depuis, pratiquement aucun problème d'immigration illégale n'est lié au tourisme sortant, de nombreux pays aujourd'hui prennent des mesures pour attirer les visiteurs chinois.

Au cours de la récente récession économique, le gouvernement américain par exemple, a assoupli ses restrictions de visas pour les touristes chinois.

Le gouvernement japonais a également été en communication avec certaines villes de l'Ouest en Chine, tout en offrant plus de commodités, pour revecoir plus de de voyageurs chinois et aider son économie à se redresser après le tremblement de terre de 2011.

Helmuts Kols, un représentant de Riga, la capitale de la Lettonie, est impatient de voir davantage de touristes en provenance de la Chine, ce qui pourrait encourager la planification de vols directs entre Beijing et Riga.

"Ce serait pratique pour les touristes des deux pays," a-t-il reconnu.

Pour Zhang Hui, un professeur de l'industrie du tourisme de l'Université Jiaotong de Beijing, en plus de la fonction économique de l'industrie du tourisme, le soft power de la Chine et l'image de ses villes peut également obtenir un coup de pouce grâce à la communication dans le monde entier.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme