Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 12.02.2012 14h22
Départ de deux jeunes français en voiture électrique pour un tour du monde

Deux jeunes ingénieurs français, Xavier Degon et Antonin Guy, se sont lancés samedi après-midi de Strasbourg dans un tour du monde en voiture électrique, avec une ambition de promouvoir la mobilité électrique auprès du grand public.

A bord d'une voiture Citroën C-Zéro de série, qu'ils devront recharger tous les 100 km environ, les deux jeunes hommes vont parcourir un trajet de 25 000 km à travers 17 pays, dont le Benelux, les Etats-Unis, le Japon, la Chine, le Kazakhstan et la Russie.

Ils reviendront à Strasbourg huit mois plus tard (début octobre 2012), via l'Europe centrale.

"Si nous pouvons faire le tour du monde avec cette voiture, alors cela montrera bien qu'on peut l'utiliser facilement au quotidien pour se rendre à son travail ou faire ses courses", a expliqué Xavier Degon, 27 ans, qui travqil chez EDF (Electricité de France).

Son coéquipier, Antonin Guy, 28 ans, est consultant dans un cabinet de conseil en management, Capgemini consulting, où il a participé depuis 2009 à plusieurs études sur la mobilité électrique.

La voiture de leur périple dispose d'une vitesse de pointe de 130 km/h et d'une autonomie de 150 km. Plus de 300 rechargements devraient être nécessaires pour boucler cette "Odyssée électrique".

La recharge complète de sa batterie au Lithium-ion est possible sur une prise électrique classique de 220 V en six heures. Le coût total estimé pour la réalisation de ce tour du monde est situé entre 250 et 500 euros d'électricité.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 10 février
Sélection du Renminribao du 10 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?