Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 31.08.2011 16h22
Un chinois riche compte acheter 0,3% du territoire de l'Islande pour des projets touristiques

Selon le journal britannique « Financial Times », le Chinois Huang Nubo, président du groupe chinois Zhong Kun, compte acheter un terrain baptisé « Grimsstadir a Fjollum » dans le nord est de l'Islande pour un milliards de couronnes islandaises (environs 8,8 millions de dollars). M. Huang projette d'y investir 10-20 milliards de couronnes islandaises (environ 88-176 millions de dollars) pour construire un village de vacances écologique et un green.

Le terrain, qui mesure 300 km2 et représente 0,3% de la surface totale de l'Islande, est proche d'un port en eau profonde et est parcouru par un des plus grands fleuves glaciaire d'Islande. Pour le moment, Huang Nubo a signé un contrat provisoire pour l'achat de ce terrain. Cependant, vu que certaines parties du terrain appartiennent au gouvernement islandais, la transaction a encore besoin de l'approbation du gouvernement.

Huang Nubo est classé à la 161e place au palmarès des chinois riches de « Forbes ». Ses biens nets sont de 890 millions de dollars. Pour rassurer les Islandais, Huang a permis d'abandonner tous les droits sur les ressources d'eau du terrain.

En tant que représentant des commerçants chinois de la nouvelle génération, Huang Nubo est également un alpiniste amateur. Il a escaladé divers sommets du monde, dont le Kilimanjaro, le sommet le plus haut de l'Afrique. En mars 2011, l'équipe d'expédition « Arctic Fox Mission » avec Huang Nubo en tête, est arrivée au Pôle Sud. Huang est ainsi devenu le 8e Chinois à avoir réalisé cet exploit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon