Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 24.07.2012 13h59
La FIFA menace de suspendre le Bénin

Le comité d'Urgence de la Fédération internationale de Football Association (FIFA) a demandé aux autorités politiques béninoises de révoquer, au plus tard mercredi prochain, la décision de la Cour d'Appel du Tribunal de Cotonou, ordonnant à Moucharafu Anjorin, président élu de la Fédération béninoise de football (FBF), reconnu par la FIFA, de passer service à son successeur Vitorin Attolou, non reconnu par l'instance dirigeante du football, indique une correspondance de la FIFA, publiée ce lundi à Cotonou.

"Le comité d'Urgence estime que la décision de la Cour d'Appel du Tribunal de Cotonou est une violation manifeste des articles 13 et 17 des statuts de la FIFA qui obligent les associations membres à diriger leurs affaires en toute indépendance sans l'ingérence d'aucun tiers. En application de l'article 13 paragraphe 3, le comité d'Urgence a décidé d'octroyer un délai jusqu'au mercredi 25 juillet 2012, y compris, pour que la décision soit révoquée et à défaut, de suspendre la Fédération béninoise de football avec effet immédiat jusqu'à ce que l'interférence cesse", indique la correspondance du secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, à Moucharafou Anjorin.

Ainsi, la FIFA recommande au président Moucharafou Anjorin de "prendre contact avec les autorités judiciaires directement et indirectement liées au cas ainsi avec les autorités politiques pour leur signifier la position de la FIFA et les sensibiliser aux fâcheuses conséquences sur le football béninois.

"La suspension signifiera que tout joueur, officiel, club et autre membre de la FBF sera privée de tout contract sportif aux niveaux continental et international. De même, la FBF ne bénéficiera plus de l'assistance de la FIFA et de la Confédération africaine de football (CAF) qu'elle soit financière, administrative ou technique", précise la correspondance.

Réélu en août 2009 à la tête d'un nouveau bureau de la Fédération béninoise de football, le président Anjorin Moucharafou n'avait pas fait cas des contrats de sponsoring entre la FBF et MTN dans son bilan financier lors de l'assemblée générale de la FBF.

Pour amener le patron de la fédération à s'expliquer sur sa gestion, 12 des 15 membres du bureau exécutif de la FBF ont déposé à la Brigade économique et financière (BEF), une plainte contre Anjorin Moucharaf pour dénoncer la non traçabilité de la gestion des 300 millions de FCFA dans les états financiers de la structure durant l'exercice 2009-2011.

Rappelons qu'un contrat de sponsoring avait été signé en novembre 2007 entre Ifap-Sports, agence officielle des droits de marketing de l'équipe nationale du Bénin représentée par Eric Durand, la FBF représentée par son président Anjorin Moucharafou et le ministère béninois de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, représenté par Clément Dotou Dègbo, alors directeur du cabinet et président du Comité ad hoc.

Le protocole d'accord signé entre le président Anjorin Moucharafou et Clément Dotou Dègbo, président du Comité ad hoc de la CAN Ghana 2008 pour une exclusivité de Marketing à Ifap-Sports en vue d'exploiter les logos des Ecureuils à travers MTN, a été respecté durant les trois ans du contrat.

L'article 3 du contrat stipule que MTN devrait verser 98 millions de FCFA par an hors taxe à la FBF, pendant trois ans.

Lors de la présentation du rapport financier de l'année 2009, seulement 15 200 000 CFA ont été mentionnés concernant le sponsoring FBF/MTN et 18 855 000 FCFA l'année suivante. Avec une clause prévoyant une majoration de 5 %, la FBF devrait se retrouver avec 300 000 000 de FCFA, estime-t-on.

Ainsi, lors d'une assemblée générale élective, tenue le 15 avril 2011, les 12 membres démissionnaires du bureau exécutif de la FBF ont porté Victorin Attolou à la tête de l'instance dirigeante du football béninois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 23 juillet
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?