Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 27.06.2012 08h18
La GB lance une "justice instantanée" pour les auteurs d'infractions pendant les JO

Les personnes commettant des infractions en lien avec les Jeux Olympiques seront traduites en justice en 24 heures, c'est ce que prévoit l'initiative "Justice instantanée" lancée par le Service royal des poursuites et d'autres départements concernés, a rapporté mardi The Times.

Les contrevenants seront également classés selon une qualification spéciale "infraction olympique", qui jugera si le crime a été commis pendant les JO, le lieu où il a été commis et si l'accusé ou la victime est un concurrent, un spectateur ou un officiel.

Les plans de contingence sans précédent ont été établis par le Service royal des poursuites, en collaboration avec la police, le service des tribunaux et d'autres agences de justice criminelle. Ils couvriront Londres ainsi que d'autres zones où les événements se dérouleront, y compris la vallée de la Tamise et Weymouth, à Dorset.

D'après ces plans, les suspects seront entendus dans les heures qui ont suivi l'infraction; les tribunaux londoniens siègeront dans la soirée et aux premières heures de la matinée; des audiences virtuelles seront organisées pour les contrevenants puissent être tracés par le système judiciaire.

Alison Saunders, procureur en chef de la Couronne chargée de Londres, a expliqué: "Nombreux sont ceux qui viendront pour les JO et qui n'habitent pas ici, donc il est important qu'en cas d'infractions, nous puissions agir rapidement. Les personnes commettant des infractions le mardi seront entendues par les tribunaux le mercredi".

L'initiative couvrira toute la période des Jeux olympiques, et commencera le 1er mai pour s'achever le 30 septembre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent