Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 06.06.2012 08h36
Mondial-2014/éliminatoires : l'équipe du Cameroun se rend en Tunisie

L'équipe nationale de football senior du Cameroun, les Lions indomptables, a quitté Yaoundé lundi à destination de Sousse en Tunisie où elle disputera ce dimanche un match contre la sélection libyenne comptant pour la deuxième journée des éliminatoires dans le groupe I zone Afrique de la Coupe du monde 2014 au Brésil.

"J'ai supervisé l'équipe libyenne pendant trois matches lors de la Coupe d'Afrique des nations 2012 en Guinée équatoriale. Je connais son style, ses forces, ses faiblesses et ses individualités", a déclaré face à la presse, l'entraîneur de l'équipe nationale du Cameroun, Denis Lavagne.

"Et nous allons préparer sérieusement cette rencontre en fonction des informations obtenues lors des séances de visionnage avec les joueurs", a-t-il ajouté.

Le match Libye--Cameroun comptant pour la deuxième journée des éliminatoires du Mondial 2014 zone Afrique a été délocalisée par la Fédération internationale de football association (FIFA) à Sousse, une ville portuaire de l'Est de la Tunisie, en raison des troubles sociopolitiques en cours à Tripoli, la capitale libyenne et dans d'autres métropoles de ce pays d'Afrique du Nord.

Avec 3 points, le Cameroun reste leader du groupe I devant la Libye et le Togo qui totalisent un point chacun. La République démocratique du Congo (RDC), zéro point, occupe la dernière place du groupe.

Les sélections camerounaises et libyennes se sont rencontrées dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Deux confrontations soldées par un nul (0-0) et une courte victoire (1-0) camerounaise au match retour à Yaoundé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?