Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 04.06.2012 08h42
Mondial 2014/éliminatoires: l'entraîneur de la RDC critique l'arbitrage face au Cameroun

C'était "un penalty contestable" accordé par les arbitres sud-africains qui a permis à l'équipe nationale de football senior du Cameroun, les "Lions indomptables", de remporter la première journée du 2e tour des éliminatoires zone Afrique de la Coupe du monde 2014 face à la République démocratique du Congo (RDC), a déclaré samedi à Yaoundé, l'entraîneur congolais Claude Leroy.

"Il y a longtemps que je n'ai pas vu l'équipe nationale du Cameroun aussi fébrile. Les Lions indomptables ont marqué sur un pénalty contestable quand mon équipe était réduite à dix. Donc forcément, il y a eu déséquilibre sur le flanc gauche de la défense où l'action est venue", a déclaré au cours de la conférence de presse d'après match, Claude Leroy.

"Mon défenseur Issama a bien joué le ballon. Le joueur camerounais s'est écroulé dans la surface de réparation. L'arbitre central tellement loin de l'action est tombé dans le piège en accordant un penalty qui n'en était pas un. Je suis très déçu pour les joueurs qui ont tout donné pour gagner cette rencontre", a-t- il ajouté.

Samedi à Yaoundé, l'équipe nationale de football de la RDC, les "Léopards", s'est inclinée devant la sélection camerounaise grâce à un but inscrit sur penalty à la 52e minute par l'attaquant Eric Choupo-Moting.

Selon l'entraîneur congolais, indigné, les arbitres sud- africains, Daniel Bennet, Molefe Tshotleho et Siwela Zakhele ont été complaisants.

Malgré cette défaite, les Congolais, arrivés dans la capitale camerounaise avec une équipe constituée majoritairement de joueurs locaux (15 amateurs et 7 professionnels), espèrent se rattraper dès la deuxième journée des éliminatoires prévue le 10 juin, contre les "Eperviers" du Togo.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »