Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 14.02.2012 10h05
CAN-2012 : Les Zambiens "très forts mentalement" face aux Ivoiriens,selon leur coach Hervé Renard (INTERVIEW)

Pour leur premier titre de champion d'Afrique remporté dimanche soir à Libreville face à la Côte d'Ivoire en finale de la 28e Coupe d'Afrique des nations (CAN) de football co-organisée par le Gabon et la Guinée équatoriale, les Zambiens ont été "très forts mentalement", a déclaré à Xinhua leur coach Hervé Renard.

Tout en félicitant du talent de ses joueurs et de leur détermination à gagner, le technicien français a tout de même rendu hommage à l'adversaire ivoirien qui, a-t-il relevé, a fini meilleure attaque du tournoi avec 9 buts inscrits face à ses adversaires précédents, en dehors de l'épreuve de tirs aux buts au terme de laquelle les Zambiens se sont imposés.

Question : Comment avez-vous réussi à vaincre la Côte d'Ivoire lors de cette finale de la 28e Coupe d'Afrique des nations de football?

Réponse : Avec un peu de réussite et beaucoup de talent aussi. Grâce aux joueurs qui ont été fantastiques et après c'est la sortie quand on va aux pénalties. On était très forts mentalement. Il faut rendre hommage à cette équipe de Côte d'Ivoire qui n'a pas pris un but du tournoi, qui a fini meilleure attaque et puis une séance aux tirs aux buts est vaincue, c'est le football. C'est bien pour nous, malheureusement pour la Côte d'Ivoire qui méritait aussi cette Coupe d'Afrique. Mais, on ne peut pas la partager.

Q : Après la victoire sur le Ghana, vosu avez déclaré que vous êtes venu remporter cette CAN. Au coup d'envoi du match, est-ce que vous y croyiez vraiment?

R : Bien sûr. Les joueurs zambiens n'avaient pas peur de quiconque. On connaît le talent des Ivoiriens, on connaît leur carrière. On avait beaucoup de respect pour eux, mais une Coupe d'Afrique il faut se souder, il faut se battre pour obtenir un résultat qui est une consécration pour nous.

Q : Vous avez le sentiment que c'était une Côte d'Ivoire sous pression?

R : Moi je me suis focalisé sur mon équipe. Le reste, ce n'est pas moi le coach de la Côte d'ivoire.

Q : On vous a vu giflé un de vos joueurs. Que lui reprochiez- vous?

R : Non, non, je ne l'ai pas giflé, mais je l'ai poussé parce que je lui ai dit que j'avais montré le but de Gervinho contre le Mali et c'est exactement la même occasion. Donc, si je passe mon temps à montrer la vidéo et puis on n'est pas capables de le faire sur le terrain, il faut recevoir une petite réprimande. Mais, il n'y a rien de méchant entre nous.

Q : Vous allez poursuivre le travail avec cette équipe pour 2013 qui frappe déjà la porte?

R : Bien sûr.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 13 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?