Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 27.01.2012 09h53
CAN-2012 : la communauté ouest-africaine se mobilise pour soutenir leurs joueurs

Logés dans le groupe D basé à Franceville (sud-est du Gabon), les joueurs maliens, ghanéens et guinéens n'auront pas à souffrir du manque de supporteurs, bénéficiant de fortes colonies au Gabon.

Les trois nations ouest-africaines, qui se produisent sur le Stade Rénovation de Franceville, n'ont plus qu'à prouver leurs talents et ce, au regard de la forte colonie des leurs sur place.

Ces derniers ont tout mis en place pour soutenir à fond leurs sélections nationales.

"Nous sommes en train de soutenir notre sélection nationale jusqu'à la fin de cette compétition", a expliqué M. Diawara Jimmy, président de la communauté malienne de Franceville.

"Nous avons mis en place un comité de soutien chargé de l' organisation. De l'aéroport aux hôtels, ce comité s'occupera de nos autres compatriotes en provenance d'autres localités du Gabon d'une part, et ceux de l'étranger afin de porter notre chaleur aux aigles du Mali", a-t-il dit.

"Maintenant que la compétition a démarré, la communauté guinéenne ira en masse soutenir son équipe d'abord, ensuite les autres formations", confiait à son tour Amgbo, supporteur ghanéen.

"Nous sommes une forte colonie ouest-africaine à Franceville. La CAN est avant tout une fête africaine, nous allons soutenir nos ambassadeurs", a-t-il poursuivi.

Franceville, chef-lieu de la province du Haut Ogooué, est la 2ème ville gabonaise abritant les matches de la CAN-2012.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 21 janvier
Sélection du Renminribao du 21 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?