Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 01.08.2011 09h12
Lutte avec frappe : un sport qui ravit la vedette au foot (REPORTAGE)

Au Sénégal, la lutte avec frappe ravit la vedette au football et l'engouement suscité par le combat, ce dimanche à Dakar, entre deux grand champions de lutte : Tyson et Balla Gaye, le prouve amplement.

On ne peut parcourir les rues de Dakar ou de sa banlieue remarquer d'énormes affiches annonçant le combat avec les effigies des deux lutteurs, des athlètes de plus de 130 kilos.Les supporters, habillés de T-shirt à l'effigie de leur lutteur préféré, rivalisent déjà d'enthousiasme et chantent, avant terme, la victoire de leur poulain.

Les télévisions qui se battent pour une bonne audience et les entreprises téléphoniques, alimentaires, les banques et assurances ne s'y trompent pas. Les unes rivalisent pour diffuser le direct les combats de lutte, les autres pour placer leur publicité dans l' arène.La lutte avec frappe, une spécificité sénégalaise, connaît un engouement qui fait de ce sport le plus populaire du Sénégal et de ses pratiquants les mieux rémunérés des sportifs.

« Nous allons louer deux bus pour aller supporters Balla Gaye 2 au stade. On cotise entre nous comme pendant les nawétanes ( saison de foot amateur) pour pouvoir louer des véhicules,» explique Ibou Diouf, un des jeunes supporters de la Médina.

Les séances de lutte, organisées presque tous les dimanches, sont des spectacles complets comprenant non seulement des combats, mais aussi des chants et danses folkloriques rythmés par les tam- tams. Ce n'est pas la seule originalité de la lutte la sénégalaise.

Dans ce sport, les coups de poing sont autorisés, et à mains nues. Il est également permis le port d'amulettes et de gris-gris autour du cou, de la tête, des bras, de la ceinture, des cuisses et des jambes, pour se protéger du mauvais sort jeté par l' adversaire.

Ces pratiques mystiques sont rehaussées par la présence dans l' arène de sorciers et marabouts avec toute leur panoplie impressionnante d'articles sensés donner la victoire à leur poulain: cornes d'animaux, oeufs, poudres et décoctions, beau bénite et parfois pigeon et autres oiseaux et même..un serpent.

Sport amateur à ses débuts, la lutte avec frappe s'est professionnalisée. Elle offre aujourd'hui de très gros cachets, jusqu'à 150 millions de F CFA pour certaines de ces vedettes comme « Yékini » sacré roi des arènes ou encore « Tyson ».

Evidement, cette manne financière et la popularité qui l' accompagne, ne laissent guère indifférents les milliers de jeunes sénégalais sans emploi, sans autre perspective que l'émigration, surtout dans la grande banlieue de Dakar. Sur les plages de Dakar chaque soir, des dizaines et des dizaines de jeunes trottinent dans le sable fin puis engagent un corps à corps musclé.

L'entraînement comprend aussi beaucoup de musculation, de la boxe voire du judo.« Je m'entraine chaque jour car mon objectif c' est de devenir un jour un champion. C'est dure mais c'est mon choix, je ne fais rien d'autre que ça », confie), un jeune, surnommé « gaïndé » (le lion), qui s'entraine sur une plage.Les jeunes sont presque tous membres d'écoles de lutte, tenues par d' anciens lutteurs. Avant de devenir des professionnels, ils font leurs premières armes dans des séances de lutte simple, sans frappe, organisée le soir dans les quartiers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) francophone
Chine/Collision de trains : Wen Jiabao promet de founir au public des réponses rapides et précises
Chine : le porte-avions est légitime pour le développement pacifique du pays (Commentaire)
Pourquoi l'accident meurtrier du train à grande vitesse chinois s'est produit ?
Quotidien du Peuple : les forces sociales essentielles aux opérations de secours suite à l'accident ferroviaire meurtrier en Chine