Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 30.05.2011 08h50
Eliminatoires CAN-2012 : le match retour contre le Sénégal ne sera pas facile, dit le coah du Cameroun (INTERVIEW)

Le Cameroun affrontera le 4 juin à Yaoundé le Sénégal en match retour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) de football de 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale, une rencontre qualifiée de "pas facile" par le coach camerounais Javier Clemente, dans un entretien vendredi avec Xinhua.

A l'aller à Dakar fin mars, les Lions de la Teranga ont battu leurs adversaires des Lions indomptables par 1-0 suite à un but marqué dans le temps additionnel. La sélection camerounaise est composée majoritairement de joueurs professionnels qui ont beaucoup donné dans leurs clubs européens, et le coach annonce une préparation souple.

Question : Le stage préparatoire au match Cameroun-Sénégal du 4 juin démarre dimanche à Yaoundé. Qu' est-ce que vous allez dire aux joueurs pour booster leur moral après le faux-pas de Dakar?

Réponse : Je vais leur expliquer toute l' importance que revêt la rencontre face au Sénégal. Tout le monde doit savoir que c' est un match très important. Nous devons battre le Sénégal pour continuer à garder l' espoir d' une qualification pour la Coupe d' Afrique des nations. En gagnant les trois prochaines rencontres, nous aurons la possibilité de nous qualifier. Il faut donc s' appliquer pendant le stage pour donner le meilleur rendement possible le jour du match. Ceci étant, le match ne sera pas facile. Je dirai même que ce sera un match aussi difficile que celui que nous avons joué au Sénégal le 26 mars.

Q : Que se passe-t-il avec le cas Alexandre Song ?

R : Il y a un mois, Alexandre Song a souhaité revenir. Il m' a dit qu' il voulait réintégrer l' équipe nationale pour jouer contre le Sénégal à Yaoundé. J' étais d' accord. Il a donc tout naturellement été retenu parmi les 23 joueurs que j' ai convoqués pour le stage à Yaoundé. Malheureusement, son mal de genou l' empêche de revenir en équipe nationale pour le prochain match. Ce n' est pas possible.

Q : C' est votre premier match à Yaoundé. Le public est très exigeant et ne vous pardonnera pas le moindre faux pas. Quel commentaire cela vous inspire-t-il ?

R : Je suis très excité de jouer à Yaoundé. Au mois d' octobre 2010, nous avons joué à Garoua, contre la RD Congo. Toutes les conditions n' étaient pas réunies pour faire un grand match. Je sais que les supporters vont mettre beaucoup de passion à Yaoundé pour pousser l' équipe à la victoire. Tous les joueurs sont contents de retourner jouer au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Moi aussi je suis content de jouer à Yaoundé.

Q : Quel dispositif tactique allez-vous mettre en place contre le Sénégal ?

R : Logiquement, cela ne surprendra personne si nous jouons l' attaque à outrance parce que le Cameroun est dos au mur. C' est normal. En compétition de haut niveau, pour gagner un match, il faut attaquer et marquer des buts. Mais, il faut aussi songer à prendre le ballon, à le garder, bref à contrôler le jeu.

Q : Les joueurs camerounais sont en fin de saison. Ils ont joué beaucoup de matches avec leurs clubs. Comment comptez-vous gérer ces cas pour leur permettre de récupérer afin qu' ils soient au top le 4 juin ?

R : Les internationaux camerounais ont été très actifs cette saison. En ce moment, tous les joueurs camerounais jouant en France, en Angleterre, en Espagne... sont trop fatigués. C'est d'ailleurs la raison qui nous a poussés à élaborer un entraînement spécifique pour les ménager. Il y aura donc une seule séance d' entraînement par jour. Et nous n' excéderons pas 1h30 à chaque session.

Par Jean Robert FOUDA

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)