Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 19.04.2011 08h59
Athlétisme : la menace des changements de nationalité des athlètes talentueux préoccupe à la CAA

A l'ouverture dimanche à Yaoundé du 22e congrès de cette organisation, le président de la Confédération africaine d'athlétisme (CAA), Hamad Kalkaba Malboum, a attiré l'attention sur la menace des changements de nationalité d'athlètes africains et appelé les gouvernements à asseoir des politiques incitatives pour contenir ce phénomène.

"Si nous ne faisons pas attention, tout le potentiel dont nous disposons, tous nos talents vont partir. Et pourquoi les autres prennent nos talents ? Parce que c'est utile pour dynamiser leur jeunesse, alors que nous avons plus besoin de notre jeunesse que ceux qui les prennent", a-t-il souligné à Xinhua.

Le Camerounais, qui brigue un troisième mandat consécutif de 4 ans à la tête de la CAA, a plaidé pour que les gouvernants du continent mettent en place "des structures qui permettent aux athlètes de talent de se sentir bien matériellement et vivre bien socialement. Et comme ça ils ne seront plus tentés d'aller ailleurs".

Face aux faiblesses de l'athlétisme africain dans les disciplines du sprint,de la perche, des lancés de poids, de marteau, de disque, de javelot, de la marche et des épreuves combinés, il a annoncé la volonté d'identifier les talents dans ces secteurs.

"Quand ces talents seront identifiés, nous allons les préparer. Si nous n'avons pas l'expertise africaine, nous ferons venir l' expertise de l'extérieur.Si nous n'avons pas les centres appropriés pour les former, nous les enverrons là où il y a les bons centres", a expliqué le président de la CAA, seul candidat en lice pour les élections programmées ce lundi.

Désigné en 2003 et réélu en 2007, Hamad Kalkaba Malboum, colonel de l'armée camerounaise à la retraite, assume parallèlement les fonctions de président du Conseil international du sport militaire (CSIM) et de président du Comité national olympique camerounais, après avoir dirigé le Conseil africain du sport militaire, la Fédération camerounaise d'athlétisme et la Fédération camerounaise de handball.

L'amélioration des performances constitue un de ses axes de priorités.

"Nous sommes déjà performants, mais nous avons des points faibles. Il faut travailler pour que ces points faibles soient réduits, de manière à pouvoir avoir une Afrique qui arrive avec les mêmes chances que les autres continents sur toutes les épreuves d'athlétisme. L'athlétisme africain doit aussi travailler dans le sens d'accroître les espaces", a-t-il affirmé.

Interrogé sur le défi de la qualité des infrastructures, il a répondu :"Comment voulez-vous qu'on parle d'infrastructures si les gouvernements n'ont pas la volonté de construire les infrastructures ? Parce qu'il appartient à chaque gouvernement de construire les infrastructures : les stades, les écoles.

Il n'appartient pas aux associations de les construire. Nous sommes là pour promouvoir un idéal, permettre aux enfants de se former et organiser les compétitions".

A propos des compétitions, la CAA se targue de disposer d'un calendrier coordonné comprenant : les championnats d'Afrique seniors, les championnats d'Afrique juniors, les championnats d' Afrique cadets, les championnats d'Afrique de cross country, les meetings d'un jour en trois catégories (or, argent et bronze), les course sur routes et les compétitions régionales.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident