Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 27.12.2010 11h24
Saransk accueillera la Coupe du monde 2018

Nous reprenons en Russie où la vie va bientôt changer pour une cité dont beaucoup de personnes n'ont à peu près pas entendu parler. La communauté de Saransk est peu connue hors du pays, mais la cité industrielle a été choisi comme l'un des sites pour la Coupe du monde de 2018. La construction d'un nouveau stade a déjà débuté.

Saransk est la capitale de la région de Mordovie. Elle est située à quelque 500 kilomètres de Moscou, la capitale. La cité a été construite du temps de l'URSS, et la population s'est accrue à mesure que les Russes de souche y sont venus pour travailler dans l'industrie lourde naissante.

Plusieurs des usines ont disparu, mais l'héritage de l'époque soviétique peut se voir au centre-ville, reconstruit durant les années cinquante et soixante.

La cité était un choix surprenant comme hôte du tournoi, mais les travailleurs ont déjà commencé à construire un nouveau stade et le gouvernement central a promis des fonds pour améliorer l'infrastructure de la ville industrielle.

Nikolai Merlushkin

Chef de l'administration régionale

"Notre état de préparation est plus grand que celui de la majeure partie de nos voisins. Nous sommes déjà en train de construire le stade. Sa conception est prête, alors le travail est en route. Nous avons des installations d'entraînement où les équipes peuvent venir. Nous avons des terrains disponibles pour l'entraînement des équipes et notre emplacement géographique était assez bon pour satisfaire aux exigences de la candidature. Nous sommes au centre."

Les Russes sont enthousiastes à l'idée d'accueillir la Coupe du monde 2018, mais certains craignent que les fonds du gouvernement ne soient dépensés sur de nouveaux terrains plutôt que sur la revitalisation du pays dans son entier.

En dépit d'importantes réserves de gaz naturel et de pétrole, une grande partie du pays doit être reconstruite. Les immeubles d'habitation en béton et les routes défoncées sont la norme pour plusieurs résidents.

L'absence de progrès et le coût relativement élevé de la vie en Russie sont plus importants que d'accueillir la Coupe du monde pour certains à Saransk, indignés que l'argent du gouvernement local ne soit pas mieux dépensé.

Valentina Bogacheva

Villageoise

"Je ne suis pas contre. Qu'ils construisent. Mais ils devraient nous deonner des logements et pas tellement peu d'argent que je suis incapable d'acheter ne serait-ce qu'un mètre carré dans un dortoir. Même si je l'achète, à mon âge avancé je devrai partager des cuisines et des toilettes communes. C'est une humiliation outrageante pour moi. Alors pourquoi devrais-je voter aux élections pour des députés, pour eux tous, pourquoi ?"

Certaines parties de la Russie sont toujours aux prises avec le crime organisé et la corruption rampante, spécialement dans les régions plus reculées. Certains pensent que les projets de construction pour la Coupe du monde ne sont guère plus qu'une excuse pour remplir les poches des responsables.

Vladimir Gridin

Président, Brunch républicain mordove du parti Yabloko

"Les autorités saisissent des terres dans la république, tout en essayant de ne rien donner en échange. Ce sont des autorités éhontées. Tout ce qui se passe dans la république de Mordovie, la construction de ces stades, ce n'est que du blanchiment d'argent."

Saransk a une population d'environ 300 mille habitants. C'est l'une des plus petites villes où il est prévu de tenir un match de la Coupe du monde, mais son futur paraît de plus en plus brillant avec la Coupe du monde qui s'en vient.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher