Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 15.12.2010 13h34
Sepp Blatter répond aux critiques sur l'attribution des Coupes du Monde

Pour le président de la Fifa, les candidatures gagnantes des Coupes du Monde 2018 et 2022 servent le développement du football, pas l'argent. Sepp Blatter s'est exprimé en ces termes lundi en Afrique du Sud.

Une conférence de presse conjointe entre le président de la Fifa et celui de l'Afrique du Sud a officiellement mis fin à la Coupe du Monde 2010. Jacob Zuma a relevé un nouvel élan d'optimisme suite à la Coupe du Monde sud-africaine de cet été. Selon lui, en grande partie grâce à l'évènement, les Africains sont maintenant davantage confiants en leurs capacités et le reste du monde croit désormais en l'Afrique. Les décisions d'attribuer la Coupe du Monde 2018 à la Russie et celle de 2022 au Qatar s'inscrivent dans l'optique de celle de 2010. Sepp Blatter met en valeur cet élément pour faire face aux critiques dont fait l'objet la Fifa depuis les décisions de l'organe faîtier du football mondial début décembre.

Joseph 'Sepp' Blatter

Président de la Fifa

"Nous allons au Moyen-Orient, nous allons vers le monde arabe, vers l'Islam. C'est le développement du football, ce n'est pas de l'argent. Cela n'a rien à voir avec l'argent, comme c'était le cas en Afrique. Il s'agit de développer le jeu. Nous devons aller avec notre jeu dans les endroits où il peut avoir un impact culturel et social, comme ce fut le cas ici en Afrique."

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible