Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 08.12.2010 13h30
Rogge soutient la candidature de l'Afrique du Sud au JO

Après la Coupe du Monde de football, l'Afrique du Sud pense à organiser les Jeux Olympiques. Le président du Comité international olympique Jacques Rogge était à Durban pour la conférence du CIO et il a partagé le désir de l'Afrique du Sud d'organiser les JO en 2020.

Jacques Rogge

Président du CIO

"Il ne fait aucun doute que l'Afrique s'est élevé dans le sport mondial. Je pense que l'organisation successive des championnats du monde de cricket, de la Coupe du monde de rugby et de la Coupe du monde de football, trois grands succès, a définitivement placé l'Afrique du Sud en première place dans l'organisation de grands événements internationaux.L'Afrique en général s'améliore en termes de nombre de médailles lors des Jeux. Vous avez produit plus de champions pour le continent tout entier, vous avez de très bons dirigeants sportifs et vous avez de plus en plus d'organisations. Alors, oui, l'Afrique a décollé et nous sommes très heureux de cela."

Rogge estime que les réussites de l'Afrique du Sud lui ont déjà permis de postuler pour l'organisation des JO de 2020.

Jacques Rogge

Président du CIO

"Les athlètes n'ont la chance de participer aux Jeux qu'une ou deux fois dans leur vie. Vous ne pouvez pas rejeter une édition des JO. Vous ne pouvez pas dire aux athlètes: "Désolé, les Jeux n'ont pas été très bons, ce sera mieux la prochaine fois", car il n'y aura pas de prochaine fois pour les athlètes.Il faut prendre en considération la qualité des Jeux pour les athlètes. S'il y a deux villes qui possèdent les mêmes qualités, et que l'une d'entre elle vient d'une région qui n'a jamais organisé les Jeux auparavant, nous pencherons pour elle, mais seulement sur la base de l'égalité de traitement."

Il a exprimé sa confiance dans le processus de candidature des JO après les déboires de la FIFA.

Jacques Rogge

Président du CIO

"Nous avons mis en place un système solide. C'est un système qui est transparent. Il est totalement responsable et au moins basé sur la bonne gouvernance et l'honnêteté. Je peux vous donner deux exemples. D'abord, les villes candidates ne sont pas autorisées à rencontrer des membres du CIO. Et réciproquement, un membre du CIO ne peut visiter une ville candidate. Les mesures incitatives et les promesses en termes de bourses, de construction d'infrastructures, les contributions, ne sont pas autorisées pour les villes candidates. Nous avons un processus d'évaluation très au point."

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?