100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 21.10.2009 15h03
La FIFA crée un nouveau prix en l'honneur du footballeur hongrois Ferenc Puskas

La Fédération internationale des associations de football (FIFA) a annoncé mardi la création d'un nouveau prix, en l'honneur de la légende du football hongrois Ferenc Puskas, décédé en 2006 à l'âge de 79 ans.

Le président de la FIFA Joseph Blatter a fait cette annonce lors d'une conférence de presse tenue à l'Académie de Football Ferenc Puskas à Felcsut en Hongrie, en présence du veuve du célèbre footballeur Erzsebet Puskas.

Le prix Puskas, inauguré en décembre prochain, récompensera le joueur ou la joueuse ayant marqué le "plus beau but" de l'année écoulée. Le mode de sélection du vainqueur du prix Puskas de la FIFA se fera à travers le site internet de la FIFA au cours des deux dernières semaines de novembre. Dix vidéos des plus beaux buts de l'année, sélectionnés par la Commission du football de la FIFA, seront mises en ligue sur le site internet de la FIFA, laissant la décision finale du vainqueur aux internautes.

Selon la FIFA, le but doit être "beau", doit être dans un match important et doit être juste. Il ne peut pas être le resultat d'une erreur commise par l'autre équipe.

Ferenc Puskas était membre de l'équipe d'or hongroise dans les années 1950, marquant 83 buts dans 84 matchs pour l'équipe nationale et 514 buts dans 529 matchs de carrière et puis devenant un des meilleurs buteurs dans l'histoire.

Il a quitté la Hongrie en 1956 et a puis servi de Real Madrid où il était connu comme "petit canon". Il est rentré en Hongrie en 1993, où il est décédé en novembre 2006.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Grippe A/H1N1: une seconde vague de contagions frappe la Chine
Les exportations de livres chinois encouragées par la cession des droits d'auteur
Foire du Livre de Francfort : la Chine et l'Occident à l'écoute de l'un l'autre
Faire fi de l'héritage de la guerre froide et aller de l'avant
Conviction et scepticisme sur l'IBED