Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 10.06.2009 13h20
Mondial 2010 : le Cameroun devra à tout prix gagner son prochain match (ANALYSE)

Par Raphaël Mvogo

Après son match nul (0-0) contre le Maroc dimanche à Yaoundé, les observateurs s'accordent à dire que le Cameroun devra nécessairement gagner son prochain match contre le Gabon pour pouvoir se relancer dans la course à la qualification pour la prochaine Coupe du monde de football en 2010.

En manquant de l'emporter face à son adversaire lors de la seconde journée de la dernière phase des éliminatoires couplées comptant pour la Coupe d'Afrique des nations de football (CAN) en Angola en janvier et le Mondial de juin 2010 en Afrique du Sud, l'équipe nationale de football du Cameroun s'est placée dans une posture plus inconfortable.

Battue par le Togo (0-1) plus de mois auparavant, elle occupe la dernière place du classement de son groupe. Mal perçues, ses prestations suscitent un vif débat au sein de l'opinion publique camerounaise, très exigeante à l'égard de l'équipe nationale de football que le pays tout entier célèbre de tout temps comme un de ses symboles nationaux.

LE CAMEROUN N'EST PAS ENCORE ELIMINE

"Mathématiquement, le Cameroun n'est pas encore éliminé. Mais au regard de la configuration de son groupe, sa situation est devenue beaucoup compliquée", a souligné à Xinhua l'ancien gardien de buts et ancien international Joseph Antoine Bell.

Avec un seul point au palmarès et aucun but inscrit, le Cameroun est bon dernier de sa poule, derrière le Maroc qui compte également un point mais a l'avantage d'avoir marqué un but lors de son match contre le Gabon le 29 mars à Rabat, perdu sur le score de 1-2.

Au terme de sa deuxième victoire consécutive samedi à Libreville face au Togo (3-0), le Gabon caracole en tête du classement avec six points. Son adversaire, vainqueur du Cameroun le 28 mars à Accra au Ghana, est deuxième avec trois points.

Nommé à la tête d'un collège de quatre techniciens locaux à la suite de la démission il y a deux semaines de l'Allemand Otto Pfister, recruté en octobre 2007, l'ancien gardien de buts Thomas Nkono a présenté dimanche au stade omnisports de Yaoundé une équipe réaménagée, marquée par l'arrivée de nouveaux joueurs, dans l'espoir d'une victoire.

"Globalement, je suis satisfait par la prestation des jeunes. Je salue le courage du staff de les avoir introduits", a comment à Xinhua le directeur technique national Dominique Wansi.

Mais, de l'avis du technicien, un match d'une telle envergure, avec des enjeux cruciaux, arrive trop tôt pour les jeunes joueurs. "C'est un groupe qui aurait dû être moulé au moins depuis un an pour acquérir l'expérience", a-t-il estimé.

Les spécialistes affirment que les Lions indomptables ont eu du mal à s'imposer face une équipe marocaine expérimentée, dotée d'une bonne technique collective et qui a fermé le jeu en jouant regroupée. Surtout en défense où l'attaquant vedette camerounais Samuel Eto'o Fils a été pris dans un étau.

REMPORTER A TOUT PRIX FACE AU GABON

"Si nos joueurs étaient expérimentés, ils auraient compris que lorsque Eto'o se retrouvait enfermé par les défenseurs marocains, ils devaient libérer les ailes", a expliqué Dominique Wansi.

"En raison de sa jeunesse, ce groupe n'a pas encore d'automatismes. C'est ainsi qu'on a pu déceler une absence de mobilité. Il a manqué beaucoup de mouvements offensifs: croisements et appels de balles", a-t-il poursuivi.

Autre défaut de l'équipe, de l'avis du directeur technique national, c'est le fait d'avoir pratiqué un jeu plus individuel que collectif dans la récupération des balles. "Les nôtres auraient pu jouer à la contre-attaque de temps à temps", a dit Wansi.

Avec les Gabonais, les Camerounais, prévient le technicien, auront affaire à de "très bons techniciens". De fait, il leur est recommandé de s'appuyer sur leurs ressources mentales et athlétiques.

"Ce sont nos atouts qui ont toujours payé. Le Gabon sera sous pression. Quand une équipe est dans une telle situation, elles est prête à craquer. Les Lions doivent chercher à faire douter leurs adversaires en marquant des buts", conseille Wansi.

CINQ PARTICIPATION AU MONDIAL

Pour espérer revenir dans la course à la qualification pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, la première en terre africaine, l'équipe nationale camerounaise devra rempoter à tout prix la rencontre face au Gabon.

De plus, "il faut souhaiter que le Togo et le Maroc se neutralisent", indique par ailleurs Dominique Wansi. Une défaite sera synonyme d'une nouvelle absence au Mondial, comme en 2006 en Allemagne.

Le Cameroun compte cinq participations à la phase finale de la Coupe du monde de football : en 1982 en Espagne, en 1990 en Italie, en 1994 aux Etats-Unis, en 1998 en France et 2002 au Japon et en Corée.

"Si nous gagnons contre le Gabon, nous sommes bien placés pour être qualifiés. Le match retour aura lieu ici. Pareil pour celui contre le Togo. Au Maroc, on ira jouer le va-tout", soutient Wansi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?