Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 24.06.2012 15h28
Succès du premier amarrage manuel de la Chine entre Shenzhou-9 et Tiangong-1

Les trois astronautes à bord du vaisseau spatial habité Shenzhou-9 ont accompli avec succès dimanche midi le premier amarrage manuel du pays entre Shenzhou-9 et le module laboratoire Tiangong-1 en orbite.

Ce succès illustre la maîtrise complète par la Chine des technologies de rendez-vous et d'amarrage et montre que le pays est tout à fait capable de transférer des hommes et des cargaisons à un orbiteur dans l'espace. Ces compétences sont essentielles pour la construction d'une station spatiale.

L'astronaute Liu Wang, assisté de ses coéquipiers Jing Haipeng et Liu Yang, a contrôlé Shenzhou-9 pour l'amarrer à Tiangong-1 à 12h42.

Shenzhou-9 et Tiangong-1 sont de nouveau connectés.

Environ une heure et demie avant cet amarrage, Shenzhou-9 s'était séparé de Tiangong-1 et s'était placé à 400 mètres du module laboratoire.

Dans le but de permettre des ajustements, les ingénieurs avaient établi pour le vaisseau quatre points situés sur une même orbite, à 5 km, 400 m, 140 m et 30 m du module laboratoire.

Shenzhou-9 a été lancé dans l'espace le 16 juin depuis un centre de lancement situé dans le désert Gobi, dans le nord-ouest de la Chine. Il s'était amarré à Tiangong-1 par un amarrage automatique le 18 juin.

L'amarrage manuel, manoeuvre spatiale très délicate, exige des astronautes qu'ils relient deux orbiteurs se déplaçant dans l'espace à 7,8 kilomètres par seconde.

Les astronautes à bord de Shenzhou-9 retourneront dans Tiangong-1 quelques heures après la procédure d'amarrage manuel pour poursuivre leurs tests et recherches dans l'espace.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent