Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 11.05.2012 16h04
Plus d'un quart des élèves envisagent de travailler à l'étranger

D'après une enquête, plus de 25% des élèves du premier cycle du primaire et du secondaire nés à Shanghai souhaitent travailler et vivre à l'étranger après avoir terminé l'école.

En revanche, le chiffre pour les écoliers nés à l'extérieur de la municipalité et qui maintenant étudient dans des écoles de Shanghai est de 18%.

L'Académie des sciences sociales de Shanghai a publié mardi un rapport après avoir interrogés 1500 élèves âgés de 9 et 14 ans au cours des trois derniers mois.

Il s'agit de la première enquête à propos de jeunes élèves qui veulent gagner leur vie, a déclaré Zhou Haiwang, directeur adjoint des études de la population et du développement de l'académie, ajoutant que le pourcentage d'élèves qui veulent travailler et vivre à l'étranger était plus élevé que prévu.

"C'est bien connu que les natifs de Shanghai refusent d'aller étudier ou travailler dans d'autres villes chinoises, même avec une offre intéressante. Maintenant, ils cherchent à plutôt à se rendre à l'étranger», a-t-il constaté.

Les données du ministère de l'Éducation montrent que plus de 330.000 personnes du pays sont allés étudier à l'étranger en 2011, la Chine fournissant aujourd'hui le plus grand nombre d'élèves dans les écoles occidentales.

Plusieurs écoles secondaires à Shanghai, comme beaucoup d'autres écoles dans le pays, ont des classes spéciales pour les étudiants qui postulent pour les universités d'outre-mer.

Zhou Haoyu, un jeune élève suit les cours de la Yan'an High School à Shanghai avec 21 camarades. Shanghai est une ville internationale depuis les années 1920, a expliqué Zhou Haiwang et les différents échanges ont permis aux enfants d'avoir une vision plus large.

"Un grand nombre de résidents de Shanghai sont allés travailler et étudier au Japon dans les années 1980, ce qui ne s'est pas produit ailleurs dans le pays. Maintenant, ils vont un peu partout à travers le monde."

L'enquête a également révélé que les filles ont une plus forte aspiration pour s'installer à l'étranger. Avec 30% des filles qui ont le désir de s'installer à l'étranger, comparativement à 24% chez les garçons.

«Je suis impatiente de partir à l'étranger depuis que j'ai entendu mes parents parler de la vie et de l'éducation là-bas," a confié Gu Ni, une fillette de 12 ans à Shanghai. " j'espère pouvoir, à l'avenir, changer de pays."

Certains experts ont attribué les résultats de l'enquête à une forte attirance de longue date pour les cultures étrangères de la part des jeunes femmes de Shanghai.

La différence de perception du rôle social, entre garçons et filles, peut s'expliquer autrement, a déclaré Li Xia, une anthropologue travaillant à l'études des femmes et rédactrice en chef de la Commercial Press.

"C'est prometteur pour les garçons de réussir dans leur carrière avec l'économie en plein essor du pays, car ils ont appris à se focaliser sur la carrière», a-t-elle souligné. "Par contre, les filles peuvent être attirées par la vie occidentale, car elles sont plus influencées par le style de vie et de la culture. "

Mais certains experts sociaux critiquent cette enquête et pensent que cela encouragera les enfants à ne regarder que vers l'étranger.

«Les élèves pourraient renoncer à certaines opportunités dans le pays et espérer quelque chose d'irréaliste quand ils ont l'idée de partir à l'étranger», a déclaré Xia Xueluan, professeur de sociologie à l'Université de Beijing.

"La vie et les études à l'étranger ne conviennent pas à tout le monde. "

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale