Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 10.05.2012 16h01
Un ancien temple bouddhiste découvert dans le désert du Taklamakan

Les ruines d'un temple bouddhiste datant de 1500 ans ont été découvertes dans le plus grand désert chinois, offrant du matériel de recherche précieux pour les historiens qui étudient la propagation du bouddhisme de l'Inde à la Chine.

Le hall principal du temple, qui contient une structure rare s'articulant autour de trois carrés en forme de couloirs et une immense statue de Bouddha, a été découvert après deux mois de travail acharné dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, à déclaré en début de semaine le Dr Wu Xinhua, archéologue et responsable du projet d'excavation.

"La salle est la plus grande du genre jamais trouvée dans le désert du Taklamakan depuis que le premier archéologue est venu travailler dans ce secteur au cours du 20e siècle", a déclaré Wu, également chef de l' équipe d'archéologues de la région du Xinjiang de l'Académie chinoise des sciences sociales.

Les ruines sont situées dans le sud du désert du Taklamakan, dans le bassin du Tarim, connu sous le nom d' Oasis Damago (ancien royaume de Khotan), une civilisation bouddhiste qui daterait du 3e siècle avant JC.

Les Salles du Temple de forme carrée avec des corridors provenant de l'architecture bouddhiste au de l'Inde, qui a peu à peu disparu après les dynasties nordiques et méridionales (420AD-589AD), avant que l'architecture bouddhiste en Chine ait commencé à prendre ses propres caractéristiques, selon Xiao Huaiyan, un membre de l'équipe des fouilles et ancien chercheur de l'Académie chinoise des sciences sociales.

A en juger par la disposition des ruines et les objets découverts sur le site, Wu et ses collègues pensent que le temple remonte aux dynasties méridionales et nordiques.

C'est de loin le meilleur site bouddhiste pour les que les chercheurs puissent étudier comment la religion est arrivée en Chine depuis l'Inde et de pouvoir comprendre son développement précoce dans le pays, a expliqué Wu.

A en juger par la taille du piédestal sur lequel elle aurait reposé, la statue du Bouddha manquante devait mesurer au moins trois mètres de haut, atteignant les limites de la salle lorsque le toit était intact, a-t-il estimé.

Le corridor s'étend sur plus de six mètres à l'intérieur, à la fois du sud au nord et d'est en ouest, avec un deuxième couloir de 10 mètres de long sur 10 mètres de large, alors que le mur de la salle représente une superficie de 256 mètres carrés.

Des peintures murales sont visibles sur les murs des couloirs, y compris les pieds du Bouddha, les bouddhistes et des animaux. Elles sont peintes dans un style gréco-bouddhique artistique, rarement vu après le 6ème siècle.

Les Ruines de plusieurs structures résidentielles ont été trouvées au sud-ouest de la salle principale, comprenant quelques fours à poterie et des pièces de monnaie antiques.

Il ya encore une salle d'écriture, une stupa et quelques maisons résidentielles pour les bouddhistes à découvrir, a souligné Wu.

L'extrémité sud de la Route de la Soie, une route commerciale historique importante, s' étend à travers 337.000 km2 du désert de Taklamakan, et une grande variété d'objets du patrimoine culturel ont été enterrés dans ce qui est maintenant connu sous le nom de «mer de la mort."

En 1901, l'explorateur britannique Marc Aurel Stein s'est aventuré loin dans le désert et dans les ruines de Niya, une ancienne cité ressemblant à Pompéi avec des maisons, des stupas bouddhistes, des temples, des fours à poterie, des vergers, des tombeaux, des cours d'eau et des barrages.
Depuis lors, plus de dix sites bouddhistes ont été découverts par les archéologues chinois et étrangers dans l'oasis de Damago.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale