Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 04.11.2011 14h40
Qu'est ce que les études à l'étranger apportent à la Chine ?

S'agissant d'envoyer des étudiants aux Etats-Unis pour leur éducation, la Chine est à la première place mondiale. Des articles de presse récents racontant l'expérience de ces jeunes hommes et de ces jeunes femmes devraient pourtant nous faire réfléchir sur la valeur que ces études ont pour la Nation chinoise. Des études à l'étranger évoquent souvent l'idée d'acquisition de nouvelles capacités et d'ouverture de l'esprit. Non seulement ces notions peuvent-elles être exagérées, mais elles ont aussi des mauvais côtés significatifs dont on entend rarement parler. A bien y réfléchir, les études à l'étranger pourraient bien être un pari sur le mauvais cheval pour la Chine. Un peu plus tôt cette année, Business Week a évoqué les tactiques de leurre utilisées par les recruteurs d'étudiants, américains et chinois. Ces agences prospèrent en demandant des frais considérables, et même parfois en les prélevant sur les bourses décrochées par les étudiants. Le China Daily a aussi parlé de ces familles chinoises émigrant aux Etats-Unis dans le cadre du programme de visa EB-5 pour investisseurs riches, et pas toujours sensibles aux difficultés d'adaptation des leurs enfants. Négligés par leurs parents riches, ces jeunes ne bénéficient pas non plus d'une immersion scolaire ou culturelle dans un environnement étranger. On raconte ainsi l'histoire de ce garçon, isolé lui-même dans un « monde chinois » de distractions et de médias, et tout cela dans sa chambre même.

Cela ne surprendra personne d'apprendre que l'argent -nécessaire pour entrer aux Etats-Unis et dans leurs universités- a aussi une influence corruptrice. Les universités américaines ont besoin d'argent. Alors que les frais de scolarité pour les étudiants américains sont parfois plafonnés, ce n'est pas le cas pour les étrangers, et les étudiants chinois sont une source de fonds tentantes pour construire des bibliothèques et des laboratoires qui font la puissance des plus grandes institutions du monde. Mais le problème est aussi que plus les besoins des universités augmentent, plus leurs critères d'admission baissent. La capacité à payer est devenue un facteur plus important pour les admissions d'étudiants chinois, plus que le niveau, l'intelligence ou autre critère de mérite. Les étudiants chinois admis ont donc ainsi toutes les chances de devenir la nouvelle jeunesse perdue de la Chine. Un article publié dans un journal d'étudiants américain a ainsi raconté qu'un important groupe d'étudiants chinois recrutés en Chine a séché les cours en masse, préférant le confort des cigarettes, des jeux sur ordinateur et les dortoirs climatisés. Ce n'est pas non plus une surprise, ils ont aussi rarement eu des contacts avec des étudiants d'autres pays et d'autres cultures. Certains n'étaient même pas intéressés par l'établissement de liens amicaux avec leurs propres compatriotes chinois.

Jusqu'ici, j'ai parlé des dangers de la fraude, des critères bas, et de ces enfants sur-privilégiés. J'aimerais à présent aussi avancer quelques raisons économiques encore plus profondes contre les études à l'étranger. Les études à l'étranger sont une sorte de fuite de capitaux, de capitaux autant financiers qu'humains. Quand un étudiant chinois obtient son diplôme à l'étranger et s'y établit de manière permanente, il ne ramène pas ses capacités en Chine, ce qui n'apporte que peu de bénéfices au pays qui l'a nourri et éduqué depuis son plus jeune âge. Et en même temps, les universités chinoises perdent des talents de premier ordre qui pourraient être utilisés pour former la prochaine génération de penseurs, de scientifiques et d'artistes. C'est un problème économique, mais aussi un problème de devoir civique. Depuis quand le salaire est-il devenu considéré comme étant le seul moteur des choix de quelqu'un ?

Certes, les Chinois ont une longue histoire d'émigration de leur terre natale pour une vie meilleure. Mais ces migrations étaient celles d'une époque de pénurie, complètement différente de la Chine d'aujourd'hui, si dynamique. A une époque d'abondance comme la nôtre, le sens national de chacun, ou son absence, peut se traduire par une décision de partir à des milliers de kilomètres, à la poursuite du Dieu Dollar. Un autre phénomène ne peut non plus être passé sous silence : celui des parents chinois qui encouragent leurs enfants à étudier à l'étranger et y obtenir une nationalité étrangère, ce qui permettra plus tard à ces parents de venir les rejoindre. Cela aussi fait partie d'une tendance regrettable, une tendance plus large qui veut que l'on place les intérêts nationaux en dessous, bien en dessous de la fortune et de l'épanouissement personnels. N'y a t-il pas quelque chose de profondément dérangeant à voir des Chinois, jeunes ou riches, échanger tout ce qu'ils ont -vraiment tout- pour une maison et une voiture à Vancouver ?

Je ne voudrais pas paraître alarmiste. Les universités américaines font de leur mieux pour offrir à leurs clients qui paient les services que ceux-ci cherchent. En ce qui concerne la Chine, son économie est en pleine croissance, et elle continuera encore ainsi. Les professionnels de talent ne manquent pas, en partie grâce aux arrivées de main d'oeuvre non chinoise qui s'installent à leur plus grande joie en Chine.

Mon souci le plus grave n'est pas celui de l'argent, mais celui de la vertu. La société chinoise n'a peut-être pas réussi à inculquer à sa jeunesse un sens de la citoyenneté concrétisé par le respect et le soutien apporté à un pays qui lui a donné le jour et l'a socialisée. En fin de compte, le développement futur de la société chinoise dépendra probablement moins d'un comportement forcé, mais plus s'orientera plus probablement vers l'acceptation d'obligations complexes et mutuelles parmi ses citoyens.

L'auteur enseigne la philosophie occidentale à l'Université Tsinghua à Beijing.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Les chinois qui croient trouver le paradis à l"étranger vont déchanter!!! Voici l&quo...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Arrivée à Saint-Pétersbourg du PM chinois pour une réunion de l'OCS
Nouvelles principales du 7 novembre
Réduit à la dernière extrémité, la clique du dalai lama incite à la « suicide par le feu »
La croissance stable de l'économie chinoise constitue un événement de portée mondiale
Qu'est ce que les études à l'étranger apportent à la Chine ?