Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 01.09.2011 16h48
Russie: trois membres d'équipage de l'ISS vont rentrer sur Terre le 16 septembre (Roscosmos)

Trois membres d'équipage de la Station spatiale internationale (ISS) rentreront sur Terre le 16 septembre, plus tard que prévu, à cause du lancement raté du cargo Progress, a annoncé mercredi Roscosmos, l'agence spatiale russe.

"Il n'y a aucun danger pour l'équipage de l'ISS. L'équipage a tout ce dont il a besoin pour travailler", a déclaré le vice- directeur de Roscosmos, Vitali Davydov, lors d'une conversation entre Moscou et Astana, a rapporté l'agence de presse Interfax.

M. Davydov a déclaré que deux cosmonautes russes et un astronaute américain seront envoyés sur Terre.

L'officiel a également promis que les lancements des fusées Proton et Soyouz, qui ont été temporairement suspendus en raison des récents accidents, ne seront pas reportés longtemps.

Un cargo Progress M-12M n'a pas réussi à entrer en orbite le 24 août après l'extinction d'un moteur de la fusée Soyouz-U en pleine ascension. Après cela, la Russie a décidé de reporter le lancement de la prochaine navette habitée vers l'ISS.

Par ailleurs, la Russie n'abandonnera pas le centre spatial de Baïkonour au Kazakhstan, même après l'achèvement des travaux de construction sur le nouveau site de lancement de Vostochny en Russie, a indiqué M. Davydov.

"Nous ne comptons pas abandonner Baïkonour. Nous avons un accord (avec le Kazakhstan) sur l'utilisation du centre spatial jusqu'à 2050", a-t-il révélé.

Situé dans le désert de steppe kazakh, le cosmodrome de Baïkonour a été construit à l'origine par l'Union soviétique en 1955 et est actuellement loué par le gouvernement kazakh à la Russie jusqu'à 2050.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Où va la confiance des Chinois ?
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon