Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 14.04.2011 08h42
Programme spatial chinois

Le programme spatial chinois se développe rapidement depuis 2003, date à laquelle le pays envoyait son premier homme dans l'espace. Alors que le monde entier célèbre aujourd'hui le premier vol d'un être humain dans l'espace d'il y a 50 ans, Li Haoran nous propose de faire le point sur le programme spatial de la 2ème économie mondiale.

Alors que Youri Gagarine devenait le futur premier homme de l'espace, Yang Liwei, le premier cosmonaute chinois, n'était pas encore né. La Chine a depuis rattrapé son retard à grands pas dans un domaine qui fait rêver tous les peuples de la planète.

Yang Liwei

Premier cosmonaute chinois

"L'esprit courageux de Gagarine a inspiré les gens à travailler dans l'industrie spatiale pour explorer encore davantage l'univers. Son acte explique pourquoi davantage de gens veulent en savoir plus sur l'espace."

Les scientifiques chinois ont finalisé leur première sonde lunaire en 2009. Le projet lunaire chinois est décisif pour le pays et son programme spatial, avec notamment de nombreux objectifs scientifiques. Pour les mener à bien, la Chine est désormais à la tête d'un système avancé de suivi et de contr?le, mais beaucoup reste à faire.

Professeur Zhang Zhenpeng

Université d'Aéronautique et d'Astronautique de Beijing

"Je crois que le point faible du programme spatial chinois, c'est les grosses installations. Par exemple, le programme spatial nécessite des matériaux de très haute qualité. Les matériaux clés chinois, la production de haute technologie et certains composants électriques sont encore en retard."

Malgré cela, pour le professeur Zhang Zhenpeng, la Chine est désormais parmi les meilleures nations dans le domaine de la recherche en théorie spatiale, en calcul d'orbite satellitaires et en suivi des orbites. L'amélioration des infrastructures et des composants détermine toutefois l'écart qu'il y a encore avec les nations développées. L'Université d'Aéronautique et d'Astronautique de Beijing, où le professeur travaille, héberge l'une des sources des futures fiertés des Chinois.

Zhu Hao

Etudiant

Université d'Aéronautique et d'Astronautique de Beijing

"L'industrie spatiale représente une combinaison des technologies les plus avancées sur Terre. Cela va dynamiser le développement global de notre nation."

Wu Junfeng

Etudiant

Université d'Aéronautique et d'Astronautique de Beijing

"Les programmes spatiaux sont risqués, mais ils valent le coup, car on apprend des erreurs."

Ici au Centre de Commandement et de Contr?le Aérospatial de Beijing, les scientifiques testent le premier laboratoire spatial chinois, Tiangong 1. Il devrait être mis en orbite cette

année. L'ingénieure Xi Luhua explique les graphiques sur le grand écran, des graphiques qui présentent les mouvements en 3 dimensions de Tiangong 1, potentielle future première station spatiale chinoise de l'histoire. Shenzhou 8 doit par ailleurs être lancé cette année aussi, avec au programme un rendez-vous spatial avec Tiangong 1, une manoeuvre qui sera une nouvelle première pour la Chine.

Xi Luhua

Ingénieure

Centre de Commandement et de Contr?le Aérospatial de Beijing

"Tiangong 1 représente un nouveau bon en avant pour la technologie spatiale chinoise. Le point clé, c'est le rendez-vous spatial. Comme toutes les précédentes missions, cela représente un gros défi pour nous."

En plus du programme habité, la Chine travaille dur dans le domaine de l'exploration spatiale, avec le programme lunaire Chang'e. Autres objectifs à moyen terme dans ce domaine, Mars et Vénus.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique