Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 14.04.2011 08h40
L'évolution de l'électricité nucléaire dans le monde

Le tragique accident survenu au Japon après le tremblement de terre du 11 mars a soulevé de nouvelles inquiétudes sur la sécurité nucléaire dans le monde entier. Depuis les premiers balbutiements de l'électricité nucléaire, il ne s'agit pas de la première fois que l'homme tremble de peur. Les accidents de la centrale de Three Mile Island aux états-Unis et de Tchernobyl en Ukraine ont remis en question le développement du secteur. Après cela pourtant, le nucléaire est entré dans une période de renaissance.

Les quatre ères de l'évolution du nucléaire

La période d'essai a commencé au milieu des années 1950 et s'est poursuivie jusqu'au début des années 1960. 38 groupes de générateurs sont mis en opération dans le monde. Il s'agissait des premiers réacteurs prototypes, qualifiés de centrales nucléaires de première génération. Outre la première centrale construite en Union soviétique en 1954, une centrale aux réacteurs avancés refroidis au gaz de 45 MW est construite en 1956 au Royaume-Uni, une centrale aux réacteurs à eau pressurisée de 60 MW est batie en 1975 aux états-Unis, une centrale aux réacteurs avancés refroidis au gaz de 60 MW est construite en 1962 en France et une centrale à eau lourde de 25 MW appara?t en 1962 au Canada.

Vient ensuite l'ère du développement rapide, du milieu des années 1960 au début des années 1980. 242 groupes de générateurs nucléaires sont mis en opération dans le monde entier, on parle de deuxième génération. Sous l'impact de la crise pétrolière et de la rentabilité économique du nucléaire, l'électricité nucléaire a connu un développement rapide et de grande envergure. A son apogée, une nouvelle centrale était mise en opération tous les dix-sept jours. Les états-Unis ont construit en série des réacteurs à eau pressurisée et à eau bouillante de 500 à 1 100 MW, et les ont exportés. L'Union soviétique a construit des réacteurs modérés au graphite de 1 000 MW, des réacteurs à eau pressurisée de 440 MW et de 1 000 MW de type VER. Le Japon et la France ont importé et ont adapté les techniques des réacteurs à eau pressurisée et à eau bouillante des états-Unis ; leur production nucléaire s'est alors multipliée par 20.

Un ralentissement est marqué du début des années 1980 au début du XXIe siècle. Les accidents de Three Mile Island en 1979 et de Tchernobyl en 1986 ont un fort impact sur l'opinion publique. La sécurité et la rentabilité économique du nucléaire sont remises en question. Tous les pays renforcent leurs normes sécuritaires en élaborant des systèmes de ratification plus stricts. Selon les statistiques de l'Agence internationale de l'énergie, entre 1990 et 2004, l'augmentation annuelle de la puissance nucléaire installée dans le monde a réduit à 2 % par rapport à 17 %.

La renaissance survient au début du nouveau siècle, avec la reprise de l'économie mondiale et l'aggravation de la crise énergétique ; l'énergie nucléaire, en tant que source propre, regagne l'attention du monde. En même temps, avec le développement technologique, la sécurité et la fiabilité du nucléaire sont améliorées. Les centrales nucléaires de troisième génération, aux réacteurs à eau légère, développées par états-Unis, l'Europe et le Japon marquent des progrès remarquables.

En mai 2010, Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie, a indiqué lors d'une discussion sur le Traité de non-prolifération que l'énergie nucléaire a été adoptée par de plus en plus de pays comme une énergie propre et stable contribuant à ralentir le changement climatique. Actuellement, plus de soixante pays envisagent de développer leur activité nucléaire. Entre dix et vingt-cinq pays devraient construire leur première centrale d'ici 2030.



Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique