Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 13.04.2011 10h38
L'ONU célèbre l'idéal d'une exploration spatiale pacifique

Le 12 avril 1961, le cosmonaute russe Youri Gagarine devenait le premier homme à voyager dans l'espace. Cinquante ans plus tard, l'ONU commémore l'anniversaire de l'entrée de l'humanité dans une nouvelle ère, en célébrant la première « Journée mondiale du vol spatial habité », créée le 7 avril par l'Assemblée générale de l'ONU pour mettre en avant l'importance du premier voyage humain dans l'espace.

Dans leur résolution instaurant cette journée, les Etats membres de l'ONU ont souhaité « réaffirmer l'importante contribution des sciences et des technologies spatiales dans la réalisation des objectifs de développement durable, dans l'amélioration du bien-être des États et des peuples et dans la réalisation de leur aspiration à maintenir l'espace à des fins pacifiques ».

En ce 12 avril 2011, plusieurs évènements et initiatives ont été lancés dans le monde. L'Administration postale des Nations Unies a ainsi émis une série spéciale de timbres commémoratifs, dont un représentant Youri Gagarine, aujourd'hui disponibles dans les bureaux de l'ONU à New York, Genève et Vienne.

Au siège de l'ONU, à New York, une exposition de photos s'est ouverte il y a quelques jours, en présence du secrétaire général adjoint à l'information, Kiyo Akasaka, qui a saisi cette occasion pour rendre hommage à l'exploit de Gagarine et souligner l'héritage qu'il a laissé.

« Lorsque Gagarine a effectué ce vol, la course pour la conquête de l'espace faisait rage. C'était le paroxysme de la Guerre froide, le Mur de Berlin était construit. Qui aurait pu imaginer à ce moment qu'un jour, plus de 15 nations travailleraient ensemble à la création d'un avant-poste dans l'espace, la Station internationale », a-t-il déclaré.

Une autre exposition de photos sur la conquête spatiale s'est également ouverte à Vienne, à l'initiative de la Fédération de Russie et avec le soutien du Bureau des Nations Unies pour les affaires spatiales (UNOOSA).

« Nous célébrons aujourd'hui l'un des plus grands triomphes du progrès humain : pour la première fois dans l'histoire humaine, une personne a pu voir la Terre de l'espace», a insisté le directeur général du Bureau de l'ONU à Vienne, Iouri Fedotov, en ouverture de cet évènement qui présente des photographies du vol spatial de Youri Gagarine ainsi que d'autres souvenirs de la tournée mondiale qu'il a réalisée après, dont son escale au siège des Nations Unies, à New York, en 1963.

« Le vol de Youri Gagarine est une source d'inspiration qui engendre une quête d'excellence, c'est une inspiration qui attise la flamme de la passion pour poursuivre un rêve, surtout chez les jeunes », a souligné de son côté Mazlan Othman, la directrice de l'UNOOSA, l'agence onusienne chargée de promouvoir la coopération internationale dans l'utilisation de l'espace.

Elle célèbrera d'ailleurs un autre anniversaire cette année : les 50 ans du Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (COPUOS), chargé d'élaborer un cadre juridique pour la conduite des activités dans l'espace et de faciliter l'utilisation de la technologie spatiale et de ses applications. C'est à ce Comité que l'on doit également les règles internationales régissant l'utilisation de l'espace. Il apporte aussi son assistance aux États pour développer leurs capacités d'utilisation des technologies spatiales à des fins de développement durable.


[1] [2] [3]





Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique