Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 25.02.2011 08h12
La Russie reporte de 24 heures le lancement d'un satellite Glonass

Le lancement d'un satellite Glonass-K par la fusée russe Soyuz a été reporté de 24 heures pour des raisons techniques, selon le ministère russe de la Défense.

"Pour des raisons techniques, le lancement du satellite Glonass-K est reporté de 24 heures", a annoncé jeudi le porte-parole du ministère, Alexeï Zolotoukhine.

Il devrait s'agir du premier lancement du satellite Glonass-K à partir du centre spatial Plesetsk, situé dans le nord de la Russie, depuis un essai raté l'année dernière.

Le 5 décembre 2010, la fusée Proton-M, qui transportait trois satellites Glonass, a dévié de sa route et a fini sa course dans l'océan Pacifique.

Les enquêteurs avaient conclu à une défaillance de la fusée Proton-M, dont l'amplificateur supérieur avait été mal approvisionné en essence. Ils avaient insisté sur le fait que les satellites n'avaient eux "rien à voir avec cet échec".

Glonass est l'équivalent russe du GPS américain (système de positionnement global), qui sert aussi bien les militaires que les civils. Le système est fonctionnel quand il dispose de 24 satellites opérationnels et de deux à trois autres de réserve pour assurer une couverture globale.

Le ministère russe de la Défense a fait savoir que la tentative infructueuse de décembre n'avait pas profondément altéré le système de navigation Glonass, les 22 satellites toujours en opération ainsi que d'autres satellites de rechange permettant de couvrir le territoire russe.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'«Année de la Jeunesse » Chine-UE s'est inaugurée à Beijing
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence