Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 24.02.2011 08h56
Système éducatif

Les enfants chinois ayant six ans révolus doivent fréquenter l'école primaire. À présent, tous les écoliers peuvent ensuite accéder à l'éducation secondaire dans le collège le plus proche de leur domicile. Cela représente la scolarité obligatoire qui est de neuf ans en Chine.

L'éducation primaire comprend les cours suivants : éducation civique, chinois, mathématiques, sciences naturelles, morale, éducation physique, musique, beaux-arts et travail manuel. L'éducation secondaire comporte éducation civique, chinois, mathématiques, langue étrangère, géographie, physique, chimie, biologie, éducation physique, musique, beaux-arts et techniques de travail.

Pour accéder à l'enseignement supérieur, il faut participer au concours d'admission aux universités (gaokao en chinois) à la fin du lycée. Les places sont limitées, la concurrence est donc acharnée. Aujourd'hui, certaines universités sont autorisées à organiser un concours indépendant avant le concours national. Cela signifie que si un étudiant réussit ce premier tour, il sera admis avec une note plus basse au concours national.

Selon le Premier ministre Wen Jiabao, « l'éducation pour tous, c'est la plus parfaite égalité. Nous avons appliqué l'enseignement obligatoire gratuit de neuf ans au sens propre, mais cela reste insuffisant. Il faut davantage développer le deuxième cycle de l'enseignement secondaire, en particulier l'éducation professionnelle » lors d'une interview accordée au Japan Broadcasting Corporation (NHK).

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
La Chine va renforcer la prévention des maladies infectieuses durant le printemps et l'été
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence