100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 09.09.2010 16h20
Les universités chinoises proposeront-elles une « sortie stricte » en renvoyant les anciens champions olympiques ?

L'université des sciences et des technologies de Hangzhou compte renvoyer 307 aspirants à la maîtrise dont l'échéance scolaire a surpassé. La liste comprend les anciens champions olympiques Gao Ling et Yang Wei. Cependant, ces derniers ont tous déclaré n'être au courant de rien sur cela. Gao et Yang sont aspirants à la maîtrise et sont entrés à l'université en 2005. Selon le règlement, l'échéance scolaire est de 2-3 ans, a-t-on appris.

L'enseignement supérieur est resté pendant longtemps, en Chine, un enseignement pour les élites, ce qui signifie que l'entrée à l'université était difficile mais que l'obtention du diplôme était facile. Cependant, l'enseignement supérieur s'est aujourd'hui transformé en un enseignement populaire, qui a une entrée et une sortie toutes les deux faciles. La Chine possède un grande population, alors que l'enseignement supérieur était relativement faible. Ainsi, la mise en pratique d'une entrée à l'université stricte et une sortie facile était un choix obligatoire pendant une certaine période. En tenant compte des résultats pratiques, ce modèle de formation des jeunes a assuré l'attribution des ressources limitées aux jeunes plus talentueux en exerçant un contrôle strict et en accordant aux étudiants une formation professionnelle, dans la situation où la Chine a connu un grave manque de ressources d'enseignement supérieur et a en effet formé une grande quantité de talents professionnels pour la construction et la formation du socialisme à la chinoise et pour un transport à temps des divers talents que la société demande en première ligne de la construction et de la formation.

Cependant, maintenant les conditions historiques ont largement changé en Chine. D'abord, la Chine a connu une transformation depuis l'économie planifiée en économie de marché, et l'offre des talents est maintenant réglée par le marché. Ces dernières années, les diplômés ont déjà des difficultés à trouver un emploi. Ensuite, l'enseignement supérieur en Chine a connu un énorme développement pour dire adieu à un manque de ressources d'enseignement et entrer dans la phrase de l' « enseignement populaire ». La proportion des jeunes d'âge scolaire universitaire qui sont entrés à l'université s'est largement élevé. Cependant, le niveau d'enseignement est devenu une « restriction de goulot ». Une entrée à l'université facile a fait de la Chine une grande nation d'enseignement supérieur et de ressources humaines. Cependant, la Chine n'est pas encore une nation puissante pour l'enseignement supérieur et les ressources humaines. Pour franchir cette étape, il est obligatoire d'élever la qualité de l'enseignement supérieur et de penser à une obtention du diplôme stricte dans les universités. Dans une certaine mesure, les premières universités à élever le drapeau « une sortie stricte » occuperont une position favorable dans la concurrence à l'avenir.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Xi Jinping : la Chine s'engage à créer un environnement d'investissement plus ouvert pour les entreprises étrangères
Chine-France : Rencontre entre Wu Bangguo et Alain Juppé
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France