100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 24.02.2010 13h14
L'Université des Communications de Shanghai réfute les informations du NYT sur les cyber-attaques contre Google

L'Université des Communications de Shanghai a qualifié d'infondé l'information du New York Times de lundi selon lequel, l'école de sécurité informatique de l'université aurait des liens avec l'armée chinoise.

L'Université avait déjà réfuté les rumeurs qui l'accusaient de cyber-attaques contre Google.

Liu Yuxiang, chef des relations publiques de l'université, a indiqué à Xinhua que l'université avait été créée par le ministère chinois de l'Education et la municipalité de Shanghai, sans aucun soutien de l'armée.

Selon Liu Yuxiang, l'université a une éthique académique et morale élevée, que celle-ci s'applique aux enseignants et aux étudiants, ce qui la faisait s'opposer à tout crime sur Internet.

Les accusations du New York Time contre des établissements d'enseignement de Chine sont complètement infondées, a-t-il souligné.

Le New York Times a publié récemment deux informations annonçant que les cyber-attaques lancées l'année dernière contre Google et des entreprises américaines venaient de l'Université des Communications de Shanghai et de l'Ecole professionnelle de Lanxiang.

Google a annoncé le mois dernier qu'il pourrait quitter la Chine, arguant de désaccords avec certaines mesures gouvernementales et de cyber-attaques contre ses services en Chine.

Lors du dernier article qu'il a publié, le New York Times a insisté sur le fait que l'école de Lanxiang avait des liens avec l'armée chinoise car cette école était installée sur un terrain donné par l'armée et qu'elle envoyait des diplômés servir dans l'armée.

"C'est vrai que nous avons utilisé des casernes abandonnées comme salles de classe lorsque notre école a été fondée en 1984 mais ces casernes n'étaient pas un cadeau de l'armée et nous les louait", a expliqué Li Zixiang, chef du Comité du Parti communiste chinois pour l'Ecole professionnelle de Lanxiang.

"Nous avons déménagé de ces vieilles casernes après la construction de nouveaux bâtiments d'enseignement", a-t-il ajouté.

Actuellement à Lanxiang, plus de 20 000 élèves étudient des spécialités professionnelles comme la cuisine, la mécanique automobile ou la coiffure.

"Comme dans tous les autres pays, nos diplômés peuvent, s'ils le souhaitent, s'engager dans l'armée à la fin de leurs études mais on ne peut pas dire qu'une école évolue dans un contexte militaire pour la seule raison que certains de ses diplômés s'engagent dans l'armée", a souligné Li Zixiang.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : examen du « Rapport d'activités du gouvernement »
La Chine appelle les Etats-Unis à sauvegarder les relations bilatérales après la rencontre Obama-dalaï lama
Fin d'un déficit qui a duré une dizaine d'années
2010: une année de danse avec le tigre
Tibet : Mieux vaut constater les faits que parler
Quelle définition doit-on donner au terme « touriste chinois » ?
« La Chine en Afrique : les difficultés du système mondial »