100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 21.02.2010 11h23
Les établissements d'enseignement suspectés réfutent toute implication dans les attaques contre Google

Deux établissements d'enseignement chinois qui se sont vus reprocher des attaques informatiques contre Google et d'autres sociétés ont déclaré samedi 20 février que ces accusations étaient sans fondement.

Le New York Times avait rapporté jeudi que les attaques informatiques sur Google et d'autres entreprises américaines seraient provenues de l'Université Jiaotong de Shanghai et de l'Ecole Professionnelle Lanxiang, située dans la province du Shandong, à l'Est de la Chine, école que l'article du New York Times suspecte également d'avoir des liens avec l'armée chinoise.

« Nous sommes à la fois choqués et indignés de ces allégations sans fondement, susceptibles de porter atteinte à la réputation de l'Université », a ainsi déclaré un porte-parole de l'Université Jiaotong.

Pour ce porte-parole, les allégations reliant les attaques à des étudiants ou des enseignants de l'Université Jiaotong ne tiennent tout simplement pas debout.

« L'article du New York Times se base sur une seule adresse IP. Au vu de l'actuelle technologie des réseaux, hautement développée, pareil article n'est ni objectif ni équilibré », a-t-il ajouté.

L'Université Jiaotong est toute disposée à collaborer avec les enquêteurs si jamais Google vient à porter l'affaire en justice, a-t-il conclu.

Li Zixiang, chef du Parti de l'Ecole Lanxiang, autre source soupçonnée d'attaques, a quant à lui déclaré que « les enquêtes menées au sein du personnel n'ont trouvé aucune preuve que les attaques proviennent de notre école ».

Par ailleurs, a)t-il ajouté, les étudiants sont encore à l'heure actuelle en vacances.

Il a également précisé que l'Ecole Lanxiang n'avait aucune relation avec l'armée, ajoutant que les autorités de l'Ecole ne disposaient d'aucun encadrement militaire.

Il a également démenti les allégations de l'article parlant de l'implication d'une « classe spéciale de science informatique » dont les cours seraient assurés par un professeur ukrainien.

« Il n'y a aucun professeur ukrainien dans notre Ecole, et nous n'avons jamais employé de personnel étranger », a confirmé M. Li.

« Cet article est sans fondement. Qu'on me montre les preuves ! » a-t-il ajouté.

L'Ecole Lanxiang, fondée en 1984, compte environ 20 000 étudiants apprenant des spécialités professionnelles telles que la cuisine, la réparation automobile et la coiffure.

La classe de science informatique, quant à elle, propose des cours de base sur Photoshop, le dessin en 3D et Word, et pas de cours d'ingénierie informatique.

« Ce n'est pas avant 2006 que certains de nos diplômés ont rejoint les rangs de l'armée. Jusqu'à présent, 38 étudiants ont été recrutés par l'armée pour leurs talents en réparation automobile, en cuisine et en soudure électrique », a déclaré Zhou Hui, directeur du Bureau général de l'Ecole, qui a aussi insisté sur le fait que rejoindre les rangs de l'armée quand on a l'âge requis est chose naturelle pour un citoyen.

Google avait annoncé le 12 janvier dernier qu'il pourrait se retirer du marché chinois, donnant entre autres raisons un désaccord avec la politique du gouvernement chinois et des attaques non identifiées contre les services fournis par Google en Chine.

L'armée chinoise n'a rien à voir avec les attaques subies par Google

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle les Etats-Unis à sauvegarder les relations bilatérales après la rencontre Obama-dalaï lama
Mise en service du BRT (Bus Rapid Transit) expérimental à Guangzhou
Quelle définition doit-on donner au terme « touriste chinois » ?
« La Chine en Afrique : les difficultés du système mondial »
Passer la Fête du Printemps en tenant compte de l'écologie et de la réduction du carbone
Obama envoie un message erroné
C'est une erreur que de traiter la Chine en ennemi