100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 10.02.2010 11h07
Face aux menaces de procès de Google, sa copie chinoise hausse les épaules

Goojie, la copie chinoise de Google Inc, « ne changera pas » son apparence en dépit d'une menace de la société américaine de la poursuivre en justice pour violation du droit d'auteur, a déclaré le 9 février le fondateur du site Huang Jiongxuan.

Le logo de Goojie ressemble à celui de Google Inc et comporte aussi une empreinte de patte comme Baidu, le premier moteur de recherche en Chine et grand rival de Google Inc dans le pays.

L'interface du site imite également celle de Google Inc et de Baidu, mais ne comporte pas de signe de copyright ni de lien indiquant le numéro de licence du site octroyé par le Ministère de l'industrie et des technologies de l'information.

Google a envoyé aux opérateurs de Goojie une lettre de mise en demeure par l'entremise d'un cabinet juridique de Beijing, leur enjoignant de cesser de copier le logo de Google à la date de lundi, faute de quoi la société américaine se verrait dans l'obligation d'entamer des poursuites judiciaires contre eux.

A la date d'hier après-midi, cependant, Goojie n'avait changé ni son logo ni son interface.

« Ce site est une réalisation de notre équipe », a déclaré Huang Jiongxuan, fondateur et chef de l'équipe de Goojie. « Il est impossible que nous le fermions ».

L'équipe, dit-il, a investi moins de 30 000 yuans (4 400 dollars US) pour la construction du site.

Le site attend toujours de faire des bénéfices et pour l'heure, M. Huang compte sur sa famille pour subvenir à ses besoins.

Pour autant, il ne craint pas les menaces de Google Inc.

« Nombre d'avocats se sont proposés de nous conseiller gratuitement, et nous avons beaucoup de supporters », dit-il.

Huang Jiongxuan, âgé de 24 ans, et sept autres membres de l'équipe nés dans les années 1980, avaient lancé ce site le 14 janvier dernier, le lendemain de l'annonce par Google qu'elle quitterait le marché chinois.

Les efforts faits par ces jeunes gens en l'espace d'une nuit ont fait l'effet d'une bombe dans le monde informatique chinois, en partie du fait de l'annonce subite de Google de quitter la Chine et du nom du site, Goojie.

La seconde syllabe du nom, « jie », est la même que le mot chinois qui veut dire « grande soeur », alors que celle de Google, « gle », se rapproche d'un autre mot chinois voulant dire « grand frère ».

Ce site a l'apparence d'un moteur de recherche, mais d'après les experts, ses résultats de recherche ne sont que la combinaison de de ceux de Google Inc et de Baidu Inc, ce qui en clair veut dire que Goojie ne dispose pas de sa propre technologie de recherche.

Mais il s'avère que les fans de Goojie ne se préoccupent guère des technologies qui existent derrière le site, et ils continuent à s'y connecter en masse pour y utiliser ses services de recherche.

Le site a connu un nombre moyen d'environ 3 millions de visites lors des premiers jours de son lancement, dit Huang Jiongxuan. Le chiffre est ensuite tombé à 2 millions, ce qui de toute façon reste remarquable pour un site quel qu'il soit dans les premiers jours de son lancement.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : des brouillards attendus dimanche dans le nord et le centre du pays
Plus de « bol de fer » pour les fonctionnaires de Shenzhen
La « puissance » et l' « intransigeance » de la Chine
Notre société a besoin de sens commun et de rationalité
La portée du « modèle chinois » trop large
Pourquoi est-on toujours pousser par ses « besoins matériels » ?
En dépit de sa puissance économique montante, la Chine reste lucide