Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 25.09.2007 14h18
Le manque de sommeil pourrait augmenter les risques de crise et d'attaque cardiaque

Les gens qui ne dorment pas assez sont deux fois plus à même de mourir de crise cardiaque, d'après une importante étude britannique publiée ce 24 septembre 2007.

Bien que les raisons restent floues, les chercheurs ont clamé que le manque de sommeil apparaît être lié avec l'augmentation de la tension artérielle, qui est connue pour élever le risque de crise et d'attaque cardiaque.

Une analyse effectuée sur une période de 17 ans et sur un panel de 10 000 employés du gouvernement a montré que ceux qui réduisent leur nuit de sept à cinq heures ou moins voient leurs risques multipliés par 1,7 fois de mourir d'une quelque raison, et par deux de mourir d'un problème cardiovasculaire.

Les découvertes issues de cette étude soulignent les dangers des modes de vie modernes overbookés, a déclaré Francesco Cappuccio, professeur de médicine cardiovasculaire à l'université de l'école médicale de Warmick, lors de la conférence annuelle de la British Sleep Society à Cambridge.

"Un tiers de la population du Royaume-Uni et plus de 40% de celle des Etats-Unis dorment régulièrement moins de cinq heures par nuit, ainsi ce problème n'est pas futile," a-t-il dit.

"Les pressions de la société à réduire notre sommeil, pourraient ne pas être une bonne idée – particulièrement si vous allez en dessous des cinq heures."

Des recherches précédentes ont souligné les risques potentiels sur la santé du travail de nuit et du sommeil perturbé. Mais l'étude de Cappucio et de ses collègues, qui est financée par le gouvernement britannique et des fonds étasuniens, est le premier à lier la durée du sommeil et les taux de mortalité.

L'étude a surveillé les comportements du sommeil des participants âgés entre 35 et 55 ans à deux périodes de leurs vies – 1985-88 et 1992-93 – et a surveillé leurs taux de mortalité jusqu'en 2004.

Les résultats ont été pondérés pour prendre en compte les autres facteurs de risque potentiel comme l'âge, le sexe, la cigarette et la consommation d'alcool, l'indice de masse corporelle, la tension artérielle et le cholestérol.

La corrélation avec le risque cardio-vasculaire pour ceux qui ont dormi moins dans les années 90 que dans les années 80 est clair, mais, curieusement, il y avait également un taux de mortalité supérieur chez les gens qui dorment plus de 9 heures.

Dans ce cas cependant, il n'y avait pas de lien cardio-vasculaire et Cappuccio a dit qu'il était possible qu'un sommeil plus long pourrait être lié à d'autres problèmes de santé comme la dépression ou la fatigue liée au cancer.

"En terme de prévention, nos découvertes indiquent qu'un sommeil systématique d'environ sept heures par nuit est optimal pour la santé," a-t-il conclu.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Lanzhou : L'usine de traitement des eaux usées du Fleuve Jaune sera opérationnelle le 30 septembre

 La Chine enregistre des progrès dans les domaines scientifique et technologique

 L'Académie des Sciences de Chine expose un plan stratégique sur le développement énergétique du pays d'ici 40 ans

 Les meilleurs golfeurs pour un évènement caritatif

 Chine: mise en service du premier train chinois à grande vitesse fin 2007

 L'étude de l'enfant cause souvent des conflits de famille
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.