100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.03.2010 09h42
Togo/présidentielle : Faure Gnassingbé réelu avec 60,92% (PAPIER GENERAL) (2)

Le président sortant togolais Faure Gnassingbé a remporté le scrtin prédentiel uninominal à un tour du 4 mars avec 60,92% de voix, devant son principal rival Jean-Pierre Fabre de l'Union des forces de changement (UFC,opposition) crédité de 33,94 %, selon les résulats annoncés samedi soir par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du pays.

Les résultats définitifs seront donnés plus tard par la Cour constitutionnelle. Faure Gnassingbé succède, pour le moment, à lui- même, en totalisant 1.243.044 voix, contre 692.584 pour son principal rival Jean-Pierre Fabre.

Le taux de participation à ce scrutin est de 64,68% pour un suffrage exprimé de 2.040.546 voix, un nombre de votant de 2.119. 829 pour un total d'électeurs inscrits de 3.277.492.

Sept candiats étaient en lice dont, pour une première fois, une femme Kafui Adjamagbo-Jonson de la Convention démocratique des peuples afrcains (CDPA) qui a été créditée de 0,66% des voix.

M. Fabre avait déclaré vendredi, au lendemain du scrutin, remporter l'élection sur la base de 75 à 80% des bulletins dépouillés.

De peur d'éventuelles violences que pourrait provoquer l'annonce des résultats du vote, beaucoup de boutiques de Lomé n'ont pas ouvert leur porte samedi.

Dans l'après-midi, la police a dispersé un groupe de manifestants de l'opposition dans la capitale, en faisant usage de gaz lacrymogène.

Faure Gnassingbé part ainsi pour un second mandat de cinq ans, au terme d'une élection qualifiée de grand enjeu et placée sous haute surveillance de plus de 3.500 observateurs et d'un dispositif sécuritaire spécial, la Force de sécurité élection présidentielle (FOSEP) qui compte un effectif de 6.000 gendarmes et policiers.

Sont déployés notamment 3.300 observateurs nationaux, près de 180 de l'Union européenne (UE) et 46 de l'Union africaine (UA), tandis que l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a, de son côté, dépêché une "mission d'information et de contact".

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest ( CEDEAO) a envoyé 250 observateurs, dont une équipe sécuritaire de 146 officiers supérieurs de gendarmerie et de police venus de douze des quinze Etats membres de ce regroupement.

Faure Gnassingbé, qui aura 44 ans en juin prochain, avait été porté au pouvoir par une élection anticipée en avril 2005 à la suite du décès, le 5 février 2005, de son père, le général Gnassingbé Eyadèma qui était au pouvoir pendant 38 ans. Il avait été crédité de 60,15% de voix, contre 38,25% pour le candidat unique de l'opposition Emmanuel Bob-Akitani, à l'époque 1er vice- président de l'UFC.

L'opposition prétendait que sa victoire a été volée. Des manifestations de protestations avaient été organisées à travers le pays aboutissant à des affrontements. Sur ces violences, un rapport du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme évoque "entre 400 et 500 morts et des milliers de blessés".

Une Commission d'enquête nationale "sur l'élection présidentielle du 24 avril 2005", mise en place par le gouvernement, a fait état plutôt de "154 personnes décédées et 654 autres blessées" dans les actes de violences et de vandalisme survenus au Togo avant, pendant et après l'élection.

Le rendez-vous électoral de 2010 est le sixième multipartite qui intervient au Togo depuis 1993.

Pour une première fois, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a été chargée d'organiser, de superviser et de proclamer les résultats provisoires du scrutin.

[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les dépenses militaires chinoises ralentissent
Chine : les "deux sessions" favorables à un mode de vie "à bas carbone"
La Commission européenne lance la « Stratégie Europe 2020 »
Explication du « miracle chinois » du point de vue économique
Vivre avec plus de dignité
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?