Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.08.2012 08h30
UE : Mme Ashton condamne les propos des dirigeants iraniens au sujet d'Israël

La Haute Représentante de l'Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, Mme Catherine Ashton, a "fermement condamné" dimanche les propos des dirigeants iraniens au sujet d'Israël, a déclaré sa porte-parole dans un communiqué.

Mme Ashton a considéré les propos du Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et du président de la République islamique, Mahmoud Ahmadinejad, de menacer l'existence de l'Etat hébreu comme étant "scandaleux et odieux". "Le droit d'Israël d'exister ne doit pas être remis en cause", a-t-elle affirmé.

Lors d'un rassemblement à l'Université de Téhéran pour la prière collective vendredi dernier, M. Ahmadinejad avait estimé que "le régime sioniste (était) une tumeur cancéreuse" qui allait disparaître. "Les pays de la région vont en finir prochainement avec la présence des usurpateurs sionistes sur la terre de la Palestine", a-t-il dit.

Mercredi dernier, l'ayatollah Khamenei avait pour sa part affirmé qu'Israël, "excroissance sioniste artificielle", allait disparaître.

Mme Ashton a donc appelé Téhéran à "jouer un rôle constructif dans la région et à contribuer à la désescalade des tensions, au lieu de les alimenter".

La tension ne cesse de monter ces dernières semaines entre l'Iran et Israël. Des informations circulent selon lesquelles une attaque militaire israélienne contre le programme nucléaire iranien serait imminente, pour une durée de 30 jours et sur plusieurs fronts, et ce peut-être avant les présidentielles aux Etats-Unis en novembre prochain.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale