Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.06.2012 08h18
Le Japon autorise les Etats-Unis à déployer des avions Osprey malgré une forte opposition locale

Un dirigeant japonais a annoncé mercredi que le Japon procéderait comme prévu au déploiement des avions américains MV-22 et CV-22 Osprey sur la base aérienne d'Okinawa, dans le sud du Japon.

Le secrétaire général du cabinet japonais, Osamu Fujimura, a indiqué lors d'une conférence de presse que le gouvernement avait approuvé ce plan de déploiement, dans le cadre du renouvellement des équipements militaires américains, ajoutant qu'il serait désormais difficile de revenir sur cette décision.

Début juin, le gouverneur de la préfecture d'Okinawa, située à l'extrême sud du Japon, avait demandé au gouvernement central japonais d'annuler ce déploiement. Il était en effet déjà prévu de longue date que ces appareils soient déployés sur la base aérienne américaine du corps des Marines de Futenma, dans la préfecture d'Okinawa.

Les Ospreys sont des appareils à rotors orientables, capables d'effectuer des décollages et atterrissages verticaux rapides ; polyvalents, ils ont été conçus pour être utilisables dans toutes sortes d'opérations de combat.

Toutefois, une série d'accidents mortels ont entâché les vols d'essai, causant de nombreuses inquiétudes au sein de la population et du gouvernement local, qui s'inquiètent de voir ces appareils opérer à proximité d'une zone densément peuplée.

Les autorités américaines et japonaises se sont réunies vendredi dernier à Washington pour discuter de la sécurité des appareils. Les responsables du Pentagone ont tenu une réunion de niveau directorial avec les dirigeants des ministères japonais de la Défense et des Affaires étrangères, afin de leur présenter les plus récentes conclusions des enquêtes menées sur ces accidents.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent