Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.06.2012 13h11
OTAN : la destruction d'un avion militaire turc par la Syrie est "inacceptable"

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a fermement condamné mardi la destruction d'un avion de combat par la Syrie la semaine dernière, en qualifiant cet incident d'"inacceptable".

"Nous avons discuté de la destruction d'un avion (de combat) turc par la Syrie. Tous les alliés ont approuvé une déclaration énonçant notre position ferme", a déclaré M. Rasmussen devant des journalistes à Bruxelles, à l'issue d'une réunion du Conseil de l'Atlantique Nord, organe suprême de décision politique de l'OTAN, composé des ambassadeurs des 28 pays membres de l'Alliance atlantique.

"Nous considérons cet acte comme étant inacceptable et nous le condamnons dans les termes les plus forts", a indiqué M. Rasmussen.

L'attaque contre l'avion turc est un "exemple supplémentaire du mépris des autorités syriennes pour les règles internationales, la paix et la sécurité, ainsi que pour la vie humaine", a-t-il estimé.

"Les alliés ont exprimé leur fort soutien et leur solidarité avec la Turquie", a souligné le chef de l'OTAN, avant d'ajouter : "La sécurité de l'Alliance est indivisible. Nous sommes aux côtés de la Turquie dans un esprit de forte solidarité".

"Nous continuerons à suivre de très près et avec une grande préoccupation, et nous resterons saisis des développements à la frontière sud-est de l'OTAN", a-t-il encore assuré.

La réunion du Conseil de l'Atlantique Nord s'est tenue à la demande de la Turquie, après qu'un de ses avions de chasse eut été abattu par la défense antiaérienne syrienne vendredi dernier en mer Méditerranée.

Cet incident est au coeur de vives tensions diplomatiques entre Ankara et Damas.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent