Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.06.2012 13h29
France/législatives : l' UMP défaite cherche une réorganisation

Le parti de l'ancienne majorité parlementaire, l'Union pour un mouvement populaire (UMP), qui a perdu plus d'une centaine de sièges par rapport à 2007 avec 194 députés élus dimanche, entre dans une phase de réflexion interne et de redéfinition de sa ligne politique.

"Le temps du combat pour la reconquête commence. Il commence ce soir. J'y contribuerai de toutes mes forces au service de la France et de la République (...) L'opposition sera digne mais sera vigilante. Elle sera aussi sans faiblesse. Solennellement, j'alerte le président de la République en lui demandant de ne pas appliquer son programme de façon dogmatique car il n'est pas adapté à la crise", a déclaré dimanche soir à la presse l'ancien Premier ministre, François Fillon.

"Nos parlementaires doivent d'abord se mettre en ordre de marche (...) J'attends d'entendre le gouvernement sur la croissance car, pour l'instant, il n'est que dans l'incantation", a déclaré de son côté le maire de Bordeaux et ancien ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, dans une interview publiée lundi matin dans le journal Le Monde.

"La deuxième tâche qui nous attend est la préparation du congrès du mois de novembre, avec un souci prioritaire, mettre au clair ce qui nous rassemble. Si l'on se limite à s'intéresser à ce qui nous distingue, ce n'est pas suffisant. Les courants, c'est bien, mais il faut d'abord clarifier", a-t-il poursuivi.

"Il y a un trouble dans notre électorat, mais notre rôle n'est pas de reproduire ce qui se dit sur les marchés, de suivre les tendances, il faut tracer une voie. Nous devons clarifier nos positions par un travail commun sur la charte des valeurs de l'UMP, qui date de 2002 et nécessite d'être réactualisée", a ajouté l' ancien chef de la diplomatie.

"Il y a une UMP qui est rassemblée et le moins qu'on puisse dire c'est que malgré toutes les prévisions les plus négatives (...), l'UMP n'a pas du tout explosé. L'UMP est restée cohérente, elle est restée soudée, avec bien sûr cette épreuve de la défaite", a pour sa part estimé lundi matin le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, interrogé sur France Inter.

"Mon rôle, maintenant, il est de faire un vrai travail de réflexion programmatique, de remettre sur la table toutes les grandes idées qui doivent nous permettre de construire l'avenir, et de le faire en rappelant à chacun qu' il faut être absolument rassemblés", a-t-il poursuivi.

"Le travail que nous devons faire maintenant est un travail de vérité, où chacun doit effectivement dire sa part de vérité, c'est absolument indispensable (...) J'en appelle chacun à l' esprit de rassemblement. Il ne faut pas confondre le fait de dire les choses et de dire ce qu'on a sur le coeur avec je ne sais quelle tentation de faire exploser notre famille politique", a-t-il expliqué.

Interrogé lundi matin sur BFM TV, le sénateur UMP Jean-Pierre Raffarin a de son côté estimé qu'il y avait "des leçons à tirer de cette élection".

"La première c' est que la stratégie de Grenoble a échoué", a-t-il souligné, faisant allusion au discours de Grenoble prononcé le 30 juillet 2010 par l' ancien président Nicolas Sarkozy, où ce dernier avait associé immigration et délinquance.

"D'autre part, la stratégie du centre indépendant de la droite a échoué", a poursuivi M. Raffarin, indiquant que "ce qu' il faut, c'est rebâtir une pensée politique à l'UMP qui permette à ce parti de s'appuyer sur ses deux cultures : une culture de la droite républicaine autoritaire, et une culture de la droite humaniste plus dialogante".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent
Le sommet du G20 va être confronté à de lourdes tâches