Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.06.2012 08h21
Ce n'est pas à l'ONU de déterminer la nature du conflit en Syrie (porte-parole)

Les Nations unies n'ont pas la responsabilité de déterminer si la crise en Syrie constitue ou non une guerre civile, a déclaré mercredi le porte- parole de l'ONU Martin Nesirky au siège de l'organisation internationale à New York.

"Je pense qu'il est clair que ce n'est pas à nous de déterminer ou de qualifier officiellement la nature du conflit en Syrie", a déclaré M. Nesirky lors d'un point presse.

"Je pense que l'important pour tout le monde est qu'il y a eu une intensification dangereuse des violences armées en Syrie ces derniers jours, et c'est quelque chose à quoi que le secrétaire général a fait lui-même référence dans sa déclaration publiée ici même lundi soir", a dit M. Nesirky.

Ces propos de M. Nesirky surviennent en réponse à une question d'un journaliste sur les déclarations faites le 12 juin aux journalistes par Hervé Ladsous, sous-secrétaire général de l'ONU aux opérations de paix. M. Ladsous a déclaré que la crise de 15 mois en Syrie pouvait effectivement être qualifiée de guerre civile.

La question de déterminer s'il y a ou non une guerre civile en Syrie est "soumise à l'évaluation du Comité international de la Croix-Rouge", a dit M. Nesirky.

Le directeur du Comité international de la Croix-Rouge s'est abstenu la semaine dernière de qualifier les événements en Syrie de guerre civile à part entière.

Le gouvernement syrien et un groupe d'opposition du pays ont tous deux démenti qu'il y ait une guerre civile dans ce pays du Moyen-Orient, affecté par une crise depuis mars 2011.

M. Nesirky a déclaré que plusieurs responsables de l'ONU avaient exprimé leur inquiétude sur l'escalade de la violence en Syrie, et notamment le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon lui- même, qui a évoqué ses inquiétudes concernant la menace d'une guerre civile.

"Il a évoqué lui-même les dangers d'une escalade de la crise non seulement pour le pays lui-même, non seulement pour la Syrie, mais aussi pour la région dans son ensemble, et d'autres l'ont fait également", a dit M. Nesirky.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Syrie, un nouveau coup de menton de l'Occident
Un plan d'action enthousiasmant
Les relations sino-iraniennes