Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.06.2012 13h21
Les Français en désamour avec la Bourse

Le nombre de particuliers français qui achètent des actions boursières a fortement chuté depuis quelques années, souligne mardi le journal économique français Les Echos, qui s'appuie sur les résultats d'un baromètre d'opinion lancé en 2004.

"Le divorce entre les Français et la Bourse se confirme", titre le quotidien en une, tout en indiquant que la Bourse de Paris a perdu plus de deux millions d'investisseurs individuels depuis fin 2008.

"Sur fond de crises successives, avec un CAC 40 (l'indice boursier parisien) sous le seuil symbolique des 3.000 points, les petits porteurs ont fui les marchés", constate le journal hexagonal.

Les résultats du baromètre TNS Sofres réalisé pour La Banque Postale et Les Echos, publiés dans les pages du quotidien économique, confirment la frilosité grandissante des Français à l'égard des marchés financiers.

En effet, selon ces chiffres, seul un particulier sur dix considère qu'il s'agit d'un "bon moment" pour placer une partie de son épargne dans des titres boursiers. Plus surprenant encore, la proportion d'actionnaires - pourtant censés être mieux informés - qui partagent cette même opinion favorable à un placement boursier, est aussi faible, s'élevant à 23%, soit à peine un quart d'entre eux.

Par ailleurs, 91% des sondés ont déclaré juger les actions en bourse "risquées", ce qui reflète la défiance croissante des Français vis-à-vis des places boursières.

"Il y a tellement d'incertitudes depuis la crise des "subprimes " puis la crise de la zone euro que les particuliers ne croient plus vraiment à la Bourse", souligne le directeur d'études de l'institut TNS Sofres, Michaël Pergament.

"D'autant qu'une grande partie d'entre eux n'avaient que quelques lignes de titres, faciles à vendre", ajoute l'expert cité par Les Echos.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?