Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.06.2012 08h17
Grèce: le leader de la Gauche radicale promet d'annuler tous les accords de renflouement

Le leader Alexis Tsipras de la Coalition grecque de la gauche radicale (SYRIZA) a promis vendredi d'annuler les deux accords de renflouement internationaux pour le pays endetté.

"L'accord de renflouement est un pilote automatique pour pousser à la catastrophe... Nous demandons au vote du peuple d'annuler les termes des accords de renflouement", a déclaré M. Tsipras, présentant le programme économique du parti à Athènes avant les élections nationales prévues le 17 juin.

M. Tsipras a promis de renégocier "la dette au niveau européen, pour la réduire drastiquement, ou un moratoire de la dette et une suspension des paiements des intérêts jusqu'à création des conditions pour la stabilisation et la reprise de l'économie".

Il a également promis de réduire progressivement les taux de TVA, des produits alimentaires de base à l'industrie du tourisme, et d'accroître les impôts des plus riches comme les armateurs.

Concernant le secteur bancaire, les réformes structurelles et le programme de privatisation, SYRIZA compte nationaliser les banques grecques aidées par le Fonds grec de stabilité financière, garder les entreprises publiques stratégiques sous le contrôle de l'Etat et arrêter la vente d'avoirs publics importants.

Les partisans d'un examen plus léger des accords de renflouement qui maintient la Grèce à flot avec des prêts de secours de plusieurs milliards de dollars, menés par le leader conservateur de Nouvelle Démocratie (ND), Antonis Samaras, estiment que l'annulation unilatérale causera des réactions fortes et conduira très probablement à une faillite de la Grèce et à une sortie de la zone euro.

ND et SYRIZA ont fini premier et second aux élections du 6 mai avec 19 % et 17 % respectivement.

Tous les récents sondages indiquent qu'aucun parti ne remportera de majorité parlementaire, comme cela s'est produit au premier tour, obligeant les partenaires de coalition à former un gouvernement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »