Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 30.05.2012 13h30
La Russie prête à aider l'Iran à développer la centrale nucléaire de Bushehr

L'agence atomique russe Rosatom a déclaré jeudi qu'elle était prête à aider l'Iran à construire une autre unité à la centrale nucléaire de Bushehr.

Rosatom est prête à offrir son aide à l'Iran sur le projet "s'il n'est pas interdit et s'il est rentable, si le projet est développé", a indiqué le vice-directeur de Rosatom, Nikolaï Spassky, cité par l'agence de presse Interfax.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé l'expansion, donc il n'y a "rien de nouveau" à ce sujet, a déclaré M. Spassky aux journalistes, ajoutant que les consultations préliminaires sur ce dossier étaient en cours.

Atomstroyexport, contractuel russe de Rosatom et compagnie d'ingénierie de Rosatom, a déclaré plus tôt que la centrale électrique iranienne serait opérationnelle d'ici la fin de l'année 2012.

D'après Atomstroyexport, Bushehr, première centrale électrique nucléaire d'Iran, a réussi à atteindre 90 % de sa capacité nominale lors des essais de routine menés au début du mois de mai.

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Fereydoon Abbasi Davani, a déclaré samedi que le pays allait lancer une deuxième unité électrique à la centrale de Bushehr l'année prochaine capable de produire 1000 MW.

La construction de la centrale de Bushehr a commencé en 1975 avec des entreprises allemandes. Mais les travaux on cessé quand les Etats-Unis ont imposé un embargo sur les marchandises high-tech exportés vers l'Iran après la Révolution islamique de 1979.

La Russie a signé un contrat en 1998 avec l'Iran pour achever la construction du site. Mais le reste de la construction a été reporté à plusieurs reprises en raison des problèmes techniques et financiers croissants ainsi que des pressions de Washington.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »