Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.05.2012 08h05
L'UE est invitée à faire plus d'efforts pour lutter contre le chômage des jeunes

Le Parlement européen, en session plénière à Strasbourg, a adopté jeudi une résolution qui demande à l'Union européen (UE) de faire davantage d'efforts pour lutter contre le chômage des jeunes.

Le Parlement européen a proposé notamment de concevoir un "plan européen d'investissement" pour créer de nouveaux emplois, de réaffecter les fonds structurels en faveur de projets pour les jeunes et d'introduire une "garantie pour la jeunesse européenne" afin de s'assurer que les jeunes ne restent pas au chômage plus de quatre mois.

Si le taux de chômage dans l'UE est en moyenne de 10%, celui des jeunes atteint 22,1% début 2011, souligne la résolution, qui encourage les Etats membres de l'UE à présenter un "plan européen d'investissement" pour stimuler une croissance inclusive et durable, génératrice d'emplois.

En janvier dernier, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a révélé que 82 milliards d'euros, sur un budget total de 347 milliards d'euros des fonds structurels pour la période 2007-2013, ne sont pas encore attribués et pourraient être redéployés.

Regrettant qu'après quatre années de crise, 82 milliards d'euros demeurent inutilisés, les eurodéputés ont exhorté la Commission européenne à proposer en priorité de redéployer une partie substantielle de cet argent en faveur de projets pour les jeunes.

Ils ont également demandé à la Commission européenne d'envisager d'accroître la part de l'UE dans le financement de projets cofinancés avec les gouvernements nationaux ou avec les huit pays les plus touchés par le chômage des jeunes (Lettonie, Lituanie, Slovaquie, Grèce, Espagne, Portugal, Irlande et Italie).

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »