Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.05.2012 08h09
Pyongyang nie vouloir mener des essais nucléaires

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) n'a pas l'intention de mener des essais nucléaire en même temps que son programme de développement de satellite pacifique, a annoncé mardi le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère répondait à une déclaration du dernier sommet du G8 aux Etats-Unis, qui, d'après la RPDC, a violé ses droits de lancer des satellites et de développer une dissuasion nucléaire pour son autodéfense.

La déclaration a appelé Pyongyang à respecter ses obligations internationales, et à abandonner tous ses programmes nucléaires et de missiles balistiques "de manière complète, vérifiable et irréversible".

Un porte-parole du ministère a déclaré dans le communiqué que la RPDC ne voulait que développer les technologies satellitaires à des fins pacifiques et n'avait pas l'intention de mener des essais nucléaires ni d'autres actions militaires.

Les accusations d'essais nucléaires fabriquées par les Etats-Unis et les autres puissances ne font que révéler leur politique hostile vis-à-vis de la RPDC, a-t-il souligné.

"La fenêtre existe encore" pour résoudre la crise nucléaire dans la péninsule coréenne via des négociations, si les Etats-Unis font preuve de volonté d'abandonner leurs politiques hostiles vis-à-vis de Pyongyang, a indiqué le porte-parole.

La RPDC a lancé son satellite "d'observation de la terre" le 13 avril, en utilisant une fusée longue-portée, pour célébrer le 100ème anniversaire de feu le leader Kim Il-Sung, mais a confirmé par la suite que le satellite avait échoué à entrer en orbite.

Certains experts et officiels du gouvernement pensent que la RPDC est prête à mener un troisième essai nucléaire et n'attend qu'une décision politique.

Ses deux précédents lancements de satellite, en 2006 et 2009, ont été suivis par des essais nucléaires.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »