Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.05.2012 08h25
L'Iran et l'AIEA discutent des ambiguïtés au niveau du dossier nucléaire

Le chef de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (OEAI), Fereidoon Abbasi, et le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, ont discuté lundi des ambiguïtés dans le dossier nucléaire iranien et ont appelé au renforcement des relations, a rapporté l'agence ISNA.

Lors d'une réunion organisée à Téhéran, les deux parties ont discuté "ouvertement" des problèmes existants soulevés par l'Occident sur le programme nucléaire iranien et des suggestions ont été avancées pour ôter ces ambiguïtés, selon le média.

M. Abbasi a présenté les activités diverses de l'OEAI dans les domaines de l'agriculture, de la médecine et de l'industrie, et a appelé à une coopération "efficace" avec l'AIEA.

Le chef de l'AIEA a également affirmé que l'observatoire nucléaire de l'ONU allait accroître sa coopération avec l'OEAI dans différents domaines, selon ISNA.

M. Amano est arrivé lundi à Téhéran pour des négociations cruciales sur le nucléaire. Pendant sa visite de travail d'une journée, M. Amani rencontrera également la secrétaire du Conseil sécuritaire suprême national d'Iran, Saeed Jalili, ainsi que d'autres représentants du gouvernement iranien.

Vendredi, l'AIEA a déclaré dans un communiqué bref que M. Amano se rendrait à Téhéran pour des négociations sur le nucléaire et discuterait des dossiers d'intérêt commun avec les officiels iraniens lundi.

Les négociations ont pour but de pousser l'Iran à permettre aux experts de l'AIEA d'accéder aux sites, aux gens et aux documents que demande l'agence pour savoir si oui ou non le pays tente de fabriquer des armes nucléaires.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »